La Trinité, on en parle ?

La Trinité, on en parle ?

Parler de la Trinité fait-il partie de ces conversations oiseuses et folles que l’apôtre Paul nous conseille d’éviter ?

Un contenu proposé par Hokhma

Publié le 21 octobre 2014

Auteur : David Gonzalez

Lire directement l’article sur Hokhma

Éviter les conversations sur la Trinité de peur, comme l’écrit Calvin, qu’« on s’épuise en querelle de mots et que la vérité ainsi que l’amour fraternel soient perdus dans la discussion ».

Faudrait-il alors, quand il s’agit de penser Dieu, se contenter d’une topologie approximative du Ciel et ne pas trop chercher à comprendre, au risque de voir notre foi, tel Icare, se griller les ailes au soleil brûlant d’une raison qui nous met au défi de lui expliquer comment on peut à la fois affirmer qu’il y a un seul Dieu mais que le Père, le Fils et le Saint-Esprit le sont également ?

Il faudrait donc se méfier du verbe et ne pas trop lui en demander, sous peine de découvrir quelque chose comme ce qui serait le pot-aux-roses de la langue, à savoir son impuissance, son incapacité à dire Dieu – à dire quoi que ce soit, d’ailleurs : Dieu, le monde, l’humain, la matière, le temps, etc. Il ne nous resterait plus alors qu’à nous lamenter sur notre condition, éternellement tristes d’être toujours à côté de la plaque en parlant.

Parce que tous ces réaménagements du concept de Trinité, au fond, présents et passés, reviennent la plupart du temps à un questionnement métaphysique sur la langue, avec l’espoir de parvenir à dépasser un jour ce qu’elle n’a pas réussi à dire jusqu’à aujourd’hui, ou ce qu’elle a mal dit. . […]

Lire la suite sur Hokhma

Dans la même rubrique...

Nos racines juives

Michel Zlotowski reçoit dans le studio d'Akadem, Antoine Nouis, à l'occasion de la sortie de son nouveau livre "Nos racines juives".

Un contenu proposé par Campus protestant
Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts ?

Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts ?

Pourquoi passons-nous tant de temps à nous focaliser sur ce qui ne va pas ? Pourquoi sommes-nous tant attirés par ce qui est morbide, mortifère ?

Un contenu proposé par Esprit de liberté
La primauté de la foi sur les doctrines

La primauté de la foi sur les doctrines

Vouloir définir Dieu, c’est se prendre pour lui, c’est le réduire à notre simple intellect si développé et beau soit parfois celui-ci.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Hokhma

Deux fois par an, la revue Hokhma vient contribuer à nourrir réflexion, discernement théologique et engagement chrétien.

Derniers contenus du partenaire

Campus protestant