Tu veux être mon amie ?

Avez-vous eu parfois le sentiment d'être la seule à faire des efforts, à entretenir l'amitié, à faire le premier pas ? Êtes-vous de celles qui en font trop ou alors pas assez ?

Un contenu proposé par SpirituElles

Publié le 11 janvier 2017

Auteur : Natacha Horton

Lire directement l’article sur SpirituElles

Que faire lorsqu’on s’investit dans une relation mais que l’autre ne semble pas y mettre autant d’entrain que nous ?

« Quand on initie les rencontres, qu’on invite, qu’on écrit et que l’autre ne le fait pour ainsi dire jamais, c’est un signe », explique Stéphanie, 33 ans. Le sentiment d’être les seules à entretenir l’amitié, elles sont plusieurs à le partager : « Je relance par des messages, je fais des cadeaux aux anniversaires, j’envoie des cartes postales, des vœux… mais j’ai le sentiment que si je ne fais rien, il n’y a plus de contact », raconte Annick, 41 ans.

Parfois, c’est propre à toutes les amitiés, parfois à l’une en particulier. La vérité, c’est que lorsque l’on pose la question aux femmes, elles savent en général très bien dans quelle catégorie elles se trouvent : celles qui entretiennent la relation, ou celles qui savent qu’elles font (trop) peu d’efforts. […]

Lire la suite sur SpirituElles

Commentaires

Dans la même rubrique...

Vous avez les moyens de le faire parler !

«Le principal reproche que les femmes font à leur partenaire, c’est de ne pas être assez ouvert au dialogue.»

Un contenu proposé par Family

On ne nous dit pas tout ! Ah bon ?

L’amour fait pleurer, l’amour chamboule tout notre être, l’amour n’a pas toujours l’aspect que l’on imagine ! Ça devient compliqué tout ça...

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

Faire face au handicap

La naissance d’un enfant différent est toujours une épreuve pour les parents. Comment la surmonter et s’attacher à cet enfant qu’on souhaitait « comme les autres » ? Eclairage.

Un contenu proposé par Family

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

SpirituElles

SpirituElles est le magazine de la femme chrétienne. Il paraît en février, mai, août et novembre, et propose une autre approche du bien-être, en relation avec la foi. Il compte des lectrices aussi bien protestantes (réformées ou évangéliques), catholiques ou simplement curieuses de la foi ou à la recherche de Dieu.

Derniers contenus du partenaire