Jack découvre les différentes façons de parler à Dieu

Jack découvre les différentes façons de parler à Dieu

Le lutin Jack « croit que Dieu habite dans la poche de sa salopette. Pour le protéger de la pluie et du froid, le lutin-parapluie le recouvre d’un petit mouchoir rouge. » Mais un jour, le vent emporte le mouchoir… et Dieu avec. Un joli conte de Noël !

Un contenu proposé par Protestinfo

Publié le 26 décembre 2016

Auteur : Joël Burri

Lire directement l’article sur Protestinfo

Ce conte est né de l’imagination de la pasteure, auteure et comédienne Laurence Fouchier-Tartar. Il vient d’être publié par les éditions Olivétan et l’Office protestant d’éditions chrétiennes (OPEC) sous la forme d’un livre-CD illustré par Anne Defréville et raconté par l’auteure accompagnée du comédien Gérard Rouzier.

Se laissant emporter par le vent à la poursuite de son mouchoir, Jack rencontre le vigneron Marcel. Le moustachu se rend dans la blanche église pour s’adresser à Dieu en silence. Puis il croise Kossi, qui durant son culte évangélique s’adresse à Dieu au travers de musiques tonitruantes. Plus loin, Madame la scientifique dira à Jack que Dieu est invisible pour l’oeil, mais qu’il se cache parfois dans tout ce que l’on voit. La maraîchère Julietta parle à Dieu en allumant des bougies dans la grande église pleine de statues et d’encens, alors que la sœur Meriem porte un ruban rouge pour «ne jamais oublier de parler avec Dieu.»

Cette histoire improvisée en Irlande, puis mise par écrit a dormi dans les archives de l’auteure depuis 2003, jusqu’à ce que l’éditeur la choisisse parmi d’autres textes. […]

Lire la suite sur Protestinfo

Dans la même rubrique...

8 livres sur les protestants pendant la Grande Guerre

A l'occasion de l'armistice du 11 novembre, découvrez une sélection d'ouvrages Editions Ampelos sur la première guerre mondiale.

Un contenu proposé par Éditions Ampelos

L’inauguration du musée Yves Saint Laurent

Dans Parcours sur l'art, Anne-Katel Martineau reçoit Aurélie Samuel, directrice des collections de la fondation Pierre Berger, Yves Saint Laurent.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Logan Lucky

Steven Soderbergh nous entraîne dans une comédie de braqueurs nuls, genre qui renvoie inévitablement au génial ancêtre, Le pigeon (1958) de Monicelli, et dont la mécanique rejoint plus près de nous la série des Ocean (du même réalisateur).

Un contenu proposé par Pro-Fil