Le racolage au musée d’Orsay

Le racolage au musée d’Orsay

Passionnée par les expositions sociétales, l’expo "Splendeurs et misères, images de la prostitution" au musée d’Orsay s’est imposée à moi comme l’exposition-phare de cet automne.

Un contenu proposé par Oh les cœurs !

Publié le 22 décembre 2015

Auteur : Margot Dimitrov

Lire directement l’article sur Oh les cœurs !

La prostitution étant un sujet de société incontournable du 19eme siècle, révélateur des rapports sociaux entre les clients bourgeois et les cocottes de cabarets, les filles de maisons closes ou encore les ouvrières qui peinaient à boucler les fins de mois et qui se prostituaient occasionnellement avec gène. Cela concernait 120 000 Parisiennes entre 1850 et 1910.

Pourtant en lisant le dossier de presse de l’exposition et les différents articles dans les médias, je regrette beaucoup le traitement scénographique de Robert Carsen pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, quand on est fidèle aux expositions d’Orsay comme moi, on est frappé par les redondances : de nombreuses expositions qui se succèdent sur le thème du nu, des tableaux qui reviennent souvent sur les cimaises comme Rolla de Henri Gervex, le recours au même procédé du cabinet de photographies érotiques interdit aux mineurs qui perd alors tout intérêt…

Et surtout on montre les maisons closes comme des lieux hédonistes pour les épicuriens à l’image du film L’ Apollonide, souvenirs de la maison close ou encore la sérié télé Maison close qui servent de références esthétiques dans la conception de la scénographie : la couleur rouge des murs, le lit très kitch avec ses angelots aux angles…

Cette exposition est très bien documentée, elle est passionnante mais elle montre peu la réalité crasse de la prostitution, loin des rêveries de courtisanes. Entre le trottoir et l’alcôve, il y a un monde. […]

Lire la suite sur Oh les cœurs !

Commentaires

Dans la même rubrique...

Festival de Cannes 2017 : les premières récompenses tombent

Jean-Michel Zucker de l’association Pro-Fil présente les premières récompenses du Festival de Cannes et ses derniers coups de cœur.

Un contenu proposé par Réforme

Paul Ricoeur, philosophe protestant

Le 27 février 2013, Paul Ricœur aurait eu cent ans. Réforme a publié à cette occasion un numéro exceptionnel pour lui rendre hommage.

Un contenu proposé par Réforme

Festival de Cannes 2017 : palmarès et rencontres

L’heure est au bilan de la 70ème édition du Festival de Cannes ainsi qu’à la présentation des prix.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Oh les cœurs !

Oh les cœurs est un blog d’actualité qui puise dans les livres, les films, les articles de société pour encourager la foi personnelle au quotidien. Écrit par Margot Dimitrov, libraire blogueuse, bientôt trentenaire, ce blog s’adresse à tous les âges car la foi chrétienne se partage et s’enrichit des expériences des autres.

Derniers contenus du partenaire