Le temps du silence

Le temps du silence

De même qu’il y a des années d’opulence et des années de famine, il y aussi des temps pour parler et des temps pour faire silence.

Un contenu proposé par Le Levant

Publié le 7 septembre 2014

Lire directement l’article sur Le Levant

A présent, nous faisons l’expérience du temps du silence !

Que l’on soit un citoyen ordinaire, un responsable religieux, un analyste politique ou un élu, il devient impossible d’échapper au fait que dans le Moyen-Orient aujourd’hui enlisé et chaotique, beaucoup de paroles sont rapidement considérées comme négligeables, sinon carrément comme fausses. On peut en tirer  une leçon d’humilité et de retenue, mais il y a aussi un danger. Les « qui » « comment » « quoi » « pourquoi » et « quand » des paroles et du silence font toute la différence. Les modes et les codes de communication, abrupts et cassants autant en paroles que dans le silence, démoralisent, alors que la communication de ceux qui sont visionnaires, confiants, sincères, édifie l’âme des individus et des sociétés, en particulier pour les minorités. Si, au milieu de tout ce qui se passe là-bas et ici, l’âme est assassinée, alors il ne restera aucun fondement  pour recommencer à construire. Aussi dans ces années de prudence et de lourd silence, c’est un défi  de garder vivantes la dignité, la foi et l’âme. D’un côté, nous ne souhaitons pas parler haut et fort de nos pires peurs, qui ressemblent  à une répétition du jugement dernier. D’un autre côté, nous ne voulons pas manquer de sagesse au point de rester silencieux comme si tout allait bien, peu importe ce que l’on dise ou fasse.

La situation actuelle est de toute évidence bien pire que ce que la plupart des gens avaient  bien voulu prédire il y a quelques années. Les politiques locales, les allégeances de proximité, les conclusions hâtives et les perspectives illusoires, ont divisé les gens entre optimistes irréalistes et pessimistes désagréables, en particulier pour ce qui concerne le futur du Moyen-Orient, les droits de l’homme et la démocratie, la radicalisation de l’Islam et la résignation des Chrétiens qui s’en suit. Tout cela paraît bien peu de choses aujourd’hui. […]

Lire la suite sur Le Levant

Commentaires

Dans la même rubrique...

Sur la route des esclaves

Au Bénin, la ville de Ouidah fut, au 18ème siècle, l'un des principaux centres de vente et d'embarquement d'esclaves dans le cadre de la traite occidentale. Plus d’un million d’esclaves y sont passés. Un site hautement symbolique.

Un contenu proposé par Mission – Défap

Le Nord-Kivu et le Kasaï s’enfoncent dans la violence

Le 30 juin, la République Démocratique du Congo célèbrera les 57 ans de l’indépendance, mais 20 après la chute de Mobutu, le pays continue de s’enfoncer dans une crise majeure.

Un contenu proposé par Info Chrétienne

Christina, aumônier des toxicomanes à Krasnoïarsk

Chaque jour, du 2 au 10 juillet, un reportage sur l'engagement des protestants évangéliques dans la ville de Krasnoïarsk en Sibérie.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Levant

Le Levant est le périodique de l’Action Chrétienne en Orient (ACO), organisme missionnaire fondé dans les Églises protestantes historiques d’Alsace Moselle. Il paraît une fois par an sous forme d’un dossier sur un pays du Moyen-Orient.

Derniers contenus du partenaire