Bénir n’est pas « dire du bien »

Bénir n’est pas « dire du bien »

Longtemps j’ai aimé cette phrase et je l’ai utilisée dans les liturgies de bénédiction de couples mariés : “Bénir c’est dire du bien de quelqu’un et faire tout son possible pour que ce bien arrive. Le Seigneur vous bénit…”

Un contenu proposé par Au Nom de Jésus

Publié le 20 mai 2015

Auteur : Gilles Boucomont

Lire directement l’article sur Au Nom de Jésus

Aujourd’hui, je crois que cette phrase est un mensonge.

Bénir, ce n’est pas dire du bien
[ce paragraphe a été entièrement réécrit le 7 mai sous les conseils avisés des pasteurs Benoît Ingelaere et Eric George que je remercie]
Les théologiens sont avides d’étymologie. Mais en gardant l’étymologie latine comme critère de réflexion, pour un concept dont nous cherchons l’enracinement sémitique, nous commettons une erreur. Et notre théologie ne se fonde pas dans notre latinité mais dans le sémitisme de la Bible. Cherchons donc, plutôt que le bene-dicere, le barak des Écritures.

Bénir, ce n’est pas dire du bien, mais énoncer ce qui est bien
Un groupe bénit ce qu’il cautionne. Pas ce qu’il trouve gentil ou joli. Ce qu’il pense bon et bien pour l’existence à long terme du groupe. Mais il faut aller plus en profondeur dans la réalité biblique pour comprendre ce que bénir veut dire dans les Écritures. […]

Photo : © Gilles Boucomont

Lire la suite sur Au Nom de Jésus

Dans la même rubrique...

Que pensent les protestants de l’ouverture de la PMA à toutes les femmes ?

La secrétaire d’État à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a relancé le débat autour de la procréation médicalement assistée.

Un contenu proposé par Réforme

La culture protestante est-elle dominante en France ?

Les philosophes Régis Debray et Olivier Abel débattent de la synchronisation de la mondialisation avec la culture protestante américaine. Entretien croisé.

Un contenu proposé par Réforme

La fraternité, entre idéal et réalité

Il ne suffit pas que notre devise nationale ou de beaux discours la proclament pour que la fraternité imprègne notre société. Où en est cette utopie alors que le chacun pour soi semble être la réponse privilégiée par l’air du temps ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Au Nom de Jésus

Blog animé par le pasteur Gilles Boucomont de l’Église protestante unie du Marais.

Derniers contenus du partenaire

Les partenaires de Regardsprotestants