Délivrés de nos chaînes

Délivrés de nos chaînes

Découvrez l'édito du numéro d'avril de Nuance : "Des éléphants enchaînés".

Un contenu proposé par Nuance

Publié le 9 avril 2015

Auteur : Pascal Gonzalez

Des éléphants enchaînés

C’est l’histoire d’un petit enfant de 6 ans qui visite un cirque et qui ne comprend pas pourquoi l’éléphant, animal extraordinaire et puissant, n’est attaché qu’à un petit pieu fiché en terre ? L’enfant se dit qu’avec la force qu’il a, ce mastodonte devrait pouvoir arracher ce bout de bois sans difficulté. Est-il heureux au point de ne pas vouloir s’enfuir ? Est-il dressé ? Mais alors, pourquoi l’attache-t-on ? Lorsque l’enfant pose régulièrement cette question aux adultes de son entourage, il ne reçoit pas de réponse satisfaisante, jusqu’au jour où il rencontre quelqu’un qui sait et qui lui explique toute l’histoire. L’éléphant ne se détache pas parce que, tout petit, il a été attaché à un pieu semblable ! L’enfant ferme les yeux et imagine alors l’éléphanteau qui tire de toutes ses forces pour se libérer. Il imagine qu’il essaye tous les jours jusqu’au moment fatidique où il finit par accepter son impuissance et se résigner à son sort. Et lorsqu’il devient grand, ce géant se croit toujours incapable de se libérer. Il garde le souvenir gravé de son impuissance et il ne tente même plus de se libérer. Il n’y croit plus. Ne sommes-nous pas tous un peu comme cet éléphant ? Nous avons été attachés à un pieu dès notre naissance et nous avons fini par croire que nous ne pourrions jamais être libérés jusqu’à ce que Dieu vienne nous révéler qui nous sommes et ce qu’il voudrait faire avec nous. C’est l’histoire que raconte le pasteur Serge Regruto en expliquant comment Dieu l’a sauvé et libéré. Mais c’est aussi l’histoire de ces enfants de Dieu qui passent parfois une partie de leur vie dans les chaînes, en oubliant la puissance que Dieu leur a donné ; en oubliant leur premier amour. Nous et nos églises avons peut-être vécu des échecs dans le passé. Nous n’avons pas réussi à arracher le pieu qui était fiché en terre. Et aujourd’hui nous pensons que nous n’y arriverons jamais ! Mais le bras de Dieu est-il trop court ? Si nous avons grandi, comme l’éléphanteau, il est alors temps de tirer à nouveau sur la corde. Dieu veut nous libérer de nos complexes et de nos peurs. Il veut notre liberté, celle que nous découvrirons si, régulièrement, nous luttons, avec son aide, contre les idoles de nos cœurs. Avec lui, nous serons aussi forts et libres que des éléphants dans leur environnement naturel. Sans lui, nous serons des esclaves, attachés à un petit pieu fiché en terre. N’oublions pas que Pâques est la fête de la liberté et demandons à Dieu la libération, pour nous et pour nos proches ! Christ a arraché le pieu fiché en terre. Il est ressuscité !

S’abonner à Nuance

Commentaires

Dans la même rubrique...

Carnaval, renverser les élites !?

La parole de Magali Girard, pasteure de l’Église protestante unie de Savoie.

Un contenu proposé par Pasteurdudimanche.fr

On peut agir sur sa bonne humeur !

Dans Dialogue, Isabelle Fiévet-Rossignol reçoit le professeur Lejoyeux, psychiatre, professeur à la faculté Paris-Diderot et auteur du livre « Les 4 saisons de la bonne humeur ».

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Spot radio du 28 février

En 1 minute chrono, l'essentiel de l'actualité traitée par les médias protestants au 28 février 2017.

Un contenu proposé par Regardsprotestants

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Nuance

Le journal Nuance est le mensuel de l’Union nationale des Églises protestantes réformées évangéliques de France (UNEPREF).

Derniers contenus du partenaire