Jeux vidéo : vecteurs de comportements violents ?

Jeux vidéo : vecteurs de comportements violents ?

Pour les spécialistes de la question, il s’agit avant tout de regarder l’utilisateur que le jeu en lui-même.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 24 août 2016

Comme n’importe quel outil, le jeu a ses vertus et ses faiblesses, tout dépend de la manière dont on l’utilise. Les jeux vidéo sont souvent la cible de détracteurs. Pour les professeurs Sylvie Craipeau et Bertrand Seys (1), le discours affirmant qu’ils seraient vecteurs d’addiction et de comportement violent, est « technophobe ». « Les usages « souffrants » sont plus liés à un déplacement sur ces objets de symptômes déjà existants » estiment-ils.

Vincent Ritt, animateur à la Maison des jeux de Strasbourg, abonde dans ce sens : « On reproche à des jeux vidéo comme Warcraft et Grand theft auto d’être hyper violents mais ce ne sont pas ces jeux qui sont inadaptés, c’est le public parfois très jeune qu’on laisse jouer. »

(1) Jeux et Internet : quelques enjeux psychologiques et sociaux par Sylvie Craipeau et Bertrand Seys, Psychotropes 2/2005 (vol. 11), p. 101-127, extrait paru sur www.cairn.info.

Commentaires

Dans la même rubrique...

Le protestantisme : une avant-garde politique ?

De nombreuses voix s’élèvent pour voir en la Réforme les origines de nos démocraties occidentales. C’est oublier que l’histoire protestante n’est pas univoque.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

Sortir du silence : l’écoute à SOS amitié

Un ouvrage écrit sous la direction de Pierre Reboul qui fait la synthèse sur ce service d'aide créé en 1960.

Un contenu proposé par LibreSens

Second tour de la présidentielle : quand l’abstention menace

L’abstention, mise en avant par certains comme la panacée du choix, a pris des proportions inquiétantes à la veille du second tour. Pourquoi ?

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 37 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire