Notre génération est métisse, libre et en colère

Notre génération est métisse, libre et en colère

On a tué au hasard nos proches et les proches de nos proches. Paix pour les morts. Une réaction aux attentats de Paris.

Un contenu proposé par Christianisme social

Publié le 5 décembre 2015

Auteur : Mathieu Gervais

Lire directement l’article sur Christianisme social

Au-delà de l’horreur, notre colère est nourrie de désespoir : « guerre ! », « sécurité ! », « frontière ! », « urgence ! ». Quelle paix pour les vivants ?

« Même pas peur » ? Si, nous avons peur. Celui qui n’a pas peur c’est le fanatique, celui qui ne tient pas à la vie. Pourquoi avons-nous peur d’avoir peur ? Pourquoi nous dicterait-il notre attitude ? Avons-nous besoin de l’appeler « barbare » pour nous convaincre de notre caractère civilisé ? Pourquoi ne trouvons nous pas dans les paroles publiques et privées de quoi opposer à son élan suicidaire et macabre, une espérance vitale et féconde, une révolution de l’amour universel à sa révolution de la haine systématique ?

Aux cœurs durs nous ne pouvons qu’opposer nos cœurs doux, encore plus doux. Paix.

Notre génération est métisse, libre et en colère.

Elle n’est pas innocente, au contraire elle a hérité de la conscience du sérieux des idéologies, de la violence des inégalités sociales, de l’archaïsme de notre système économique et politique. C’est une conscience physique et quotidienne : nous sommes les exclus présents de l’échec de rêves passés. Nous sommes nés à Tchernobyl irradié, au bord du Chatt-El-Arab ensanglanté, à Berlin réconcilié, sur la place Tien An Men divisée, à Sarajevo bombardé…

Cette violence dont nous héritons n’a pas tué nos rêves, nous ne sommes pas qu’une masse zombie condamnée à la survie par déchéance définitive de l’utopie, de l’espérance et de la révolte.
Au contraire ! Notre génération n’a pas à répondre du génocide juif, elle n’a pas pas fait la guerre d’Algérie, elle ne doit pas faire de mea culpa sur son stalinisme, elle n’a pas à pleurer ses occasions ratées… Nos rêves sont libres, neufs et éternels, utopiques et nécessaires. […]

Lire la suite sur Christianisme social

Commentaires

Dans la même rubrique...

Un protestant à la tête du Centre national du contre-terrorisme

Le haut-fonctionnaire Pierre de Bousquet de Florian a été nommé mercredi 7 juin à la tête du Centre national du contre-terrorisme.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Élections, clap de fin ou presque

Analyse de l’ultime étape d’une longue période électorale avec la politologue Janine Mossuz-Lavau.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Vérité et fraternité

Le christianisme établit un lien étroit entre vérité et amour : l’amour rend vrai et le vrai, quand l’amour ne l’accompagne pas, est du sel qui perd sa saveur.

Un contenu proposé par Évangile et liberté