Quels sens pour la prison ?

C’est la question-titre d’une série de tables rondes organisées par la paroisse de Montrouge en collaboration avec l’Atelier protestant en février-mars.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 21 février 2017

Auteur : Patrice Rolin

Bible, histoire et prison

La prison est un motif bien présent dans la Bible, que l’on pense à Joseph emprisonné suite à la dénonciation calomnieuse de la femme de son maître, à Samson emprisonné par les Philistins, au roi Osée détenu par le roi d’Assyrie et aux nombreux prisonniers de guerre réduits en esclavage. Pensons encore au prophète Jérémie dans sa citerne, à Jean- Baptiste emprisonné par Hérode ou aux apôtres détenus par le sanhédrin ou les autorités romaines en raison de leur prédication de l’Évangile. Dans cette liste non exhaustive, la privation de liberté vise à écarter un individu considéré comme dangereux, de le réduire au silence ou en esclavage, voire de l’éliminer. Mais nulle part n’apparaît l’idée d’un emprisonnement qui aurait valeur de peine pour un temps défini par un juge et qui serait proportionnel au délit commis. Dans l’Antiquité, l’emprisonnement se terminait par un geste de grâce – par définition arbitraire – de l’autorité, par un jugement condamnant à un châtiment corporel ou à l’exécution du détenu, ou encore par sa mort en prison.  À une époque plus récente, d’autres motivations pour l’incarcération viennent s’ajouter à la compréhension antique de la prison. De la Tour de Constance aux déportations de masse du XXe siècle, des hommes et des femmes, des groupes entiers vont être enfermés en raison de leur foi, embastillés pour des raisons politiques, déportés à cause de leur confession, de leur origine ethnique ou encore de leur orientation sexuelle. Un fléau qui est malheureusement loin d’être éradiqué et contre lequel luttent sans relâche des associations comme Amnesty International ou l’Acat.

Repenser l’incarcération

Si la protection de la société d’individus considérés – à tort ou à raison – comme potentiellement dangereux est toujours un motif d’incarcération, depuis quelques siècles l’idée de la privation de liberté comme peine s’est développée. Il s’agit alors, par un emprisonnement dont la justice décide, d’une durée censée être proportionnelle à la gravité du crime ou du délit. Il s’agit de « faire payer » au coupable sa dette à l’égard de la société qu’il a offensée. Mais à la notion de privation de liberté s’ajoute souvent dans les esprits, et malheureusement dans la réalité, la pénibilité des conditions d’incarcération. Celles-ci sont souvent comprises par l’opinion publique comme une dimension légitime de la peine dans une logique proche de la vengeance. Quelle place reste-t-il alors pour les autres visées de la prison prévues, elles, par la loi, qui sont la réhabilitation, la réinsertion, la restauration de l’individu et du lien social ? Les trois tables rondes proposées seront à dominante successivement biblique, historique, puis contemporaine et elles seront ponctuées par la lecture de textes de prisonniers d’hier et d’aujourd’hui par un comédien. Il convient en effet de se rappeler que si nous débattons sur la détention de l’extérieur de celle-ci, d’autres en parlent de l’intérieur. Mais leur voix est malheureusement souvent étouffée, elle peine à franchir les murs de leur prison et ceux des aveuglements idéologiques et politiques qui caractérisent nombre de discours publics sur le sujet.

Ces tables rondes auront lieu les 23 février, 9 et 23 mars 2017 à 19h au temple de Montrouge. Toutes les infos et le programme complet sur : www.epudf-montrouge.fr www.latelierprotestant.fr

Presse régionale protestante

Retrouvez d’autres articles de Paroles Protestantes Paris sur le site de la Presse régionale protestante.

Commentaires

Dans la même rubrique...

Le retour du nationalisme

"Psychopathologie du nationalisme" est un livre d’une actualité évidente, d’une lecture indispensable quand bien même ces réflexions ont été écrites dans le contexte du début du XXe siècle.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Tous narcissiques !

Sommes-nous tous des narcissiques en puissance ? Dans Dialogue, Isabelle Fiévet-Rossignol reçoit Jean Cottraux, psychiatre honoraire des hôpitaux, membre fondateur de l’Académie de thérapie cognitive de Philadelphie.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Les propositions de François Fillon pour la jeunesse

Mettre fortement l’accent sur l’alternance, qui devrait toucher plus un million et demi de jeunes, est l’une des mesures clés envisagées par François Fillon.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire