Pourquoi ont-ils choisi le bénévolat ?

Pourquoi ont-ils choisi le bénévolat ?

Utilité, convivialité... Témoignages de bénévoles de la Fraternité de Saint-Nazaire.

Un contenu proposé par Présence

Publié le 30 juillet 2015

La Fraternité de la Mission populaire, organise une braderie tous les mois grâce aux dons de vêtements, jouets… C’est aussi un lieu d’accueil où les personnes fragiles peuvent se retrouver autour d’un café.

Josette : « Je viens à la Fraternité parce que j’y suis utile et que cela me permet de me retrouver avec d’autres. Cela apporte énormément d’un point de vue humain. Moi qui ai toujours travaillé dans le social, c’est tout naturellement que je me suis tournée vers une association caritative. »

Christian : « Sans activité depuis trois ans, je suis béné- vole pour occuper mon temps libre. C’est une toute nouvelle expérience : je suis au service du café, mais pour moi, être serveur bénévole, c’est comme être serveur professionnel. »

Sylviane : « J’ai travaillé trente ans dans le social, alors quand on m’a dit qu’il y avait besoin de bras, je suis venue. J’avais déjà fait du bénévolat, pour la danse de mes enfants. Ici, je m’occupe du magasin hommes : tri, repassage, boutons manquants… On a une approche professionnelle : on ne propose pas à la vente des vêtements que nous-mêmes n’achèterions pas. »

Ghislaine, pdte de l’association : « Téléphone, courriers, réunions… J’ai dû m’occuper du secrétariat, et ça n’a pas été tous les jours facile. J’ai dû me faire violence, mais la Frat’, c’est aujourd’hui comme une deuxième famille pour moi. »

Françoise : « J’ai été bénévole pendant un an et demi, et je suis salariée, maintenant. Cela m’a permis de sortir d’une période de chômage de deux années. J’ai été embauchée en contrat aidé, mais cela me permet de ne pas avoir d’arrêt d’activité, moi qui suis mère célibataire. »

Ancris : « Quand on arrive à la retraite, on a tendance au repli sur soi. S’investir dans une association permet de connecter ses neurones ! On le fait pour les autres mais surtout pour soi. Je savais qu’il me manquait quelque chose et quand je suis tombée sur la Frat’, ça m’a plu, cette ambiance jeune et dynamique. »

Dans la même rubrique...

« Chercher un langage d’aujourd’hui pour chanter notre foi »

« Un langage d’aujourd’hui pour chanter notre foi »

La Dynamique cultes de l’UEPAL lance un atelier de liturgie internationale. Son premier défi : traduire les cantiques de la communauté d’Iona.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager
La jeune génération face à l’esprit de Mai 68

La génération digitale face à l’esprit de Mai 68

Vivre l’Église de manière intergénérationnelle est un défi universel. Pas toujours facile de concilier les approches des "digital natives" nés avec internet et des héritiers de Mai 68. Comment y arriver ? Exemples pratiques.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui
Un temps de prières de Taizé pour se retrouver avec Dieu ?

Un temps de prières pour se retrouver avec Dieu ?

Dans nos communautés, il y a des idées qui dynamisent une vie de foi et une vie d’Église. Pascal Lefevbre, pasteur de Tonneins-Marmande, nous parle des prières du soir de Taizé.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Présence

Présence est le journal de la Mission populaire évangélique de France. Il paraît 4 fois par an et propose notamment des nouvelles de 13 « Frats » (lieux d’accueil) du mouvement. Après une refonte graphique en 2017, la revue trimestrielle dévoile une nouvelle formule en avril 2018.

Derniers contenus du partenaire