Sel : Dans les régions où le Centre de Promotion pour le Monde Rural (CEPROMOR) travaille, quels sont les problèmes rencontrés par les communautés par rapport à l’accès à l’eau et à l’hygiène ?

Nathan : Nous constatons qu’il y a un sérieux problème par rapport à l’accès à l’eau, à l’approvisionnement du ménage (transport et conservation de l’eau) et aux pratiques d’hygiène. Dans la plupart des villages, la défécation à l’air libre est pratiquée, il n’y a pas de source d’eau potable à proximité, les gens ne se lavent pas les mains, ils ne gèrent pas bien leurs déchets…

Vous avez donc mis en place le système des PAFI…

Oui, tout à fait. Quand nous travaillons avec un village, il y a une partie Aménagement d’ouvrage et une partie Sensibilisation, où interviennent les PAFI : Petites Actions Faisables Importantes. Ce sont de petites actions que les gens peuvent faire sans que ça demande beaucoup mais qui sont très importantes par rapport à la conservation de l’eau. Couvrir son bidon ou le mettre sur une table et non par terre, ce sont des actions pertinentes qui ne nécessitent pas grand effort mais que les gens ne font pas. Avant nos actions de sensibilisation, les gens transportaient l’eau en mettant quelques feuilles dessus pour la protéger mais ce n’est pas suffisant. […]