Une cinquantaine de représentants d’Églises, d’organisations œcuméniques et d’organisations de la société civile se sont réunis du 15 au 17 mai à l’occasion d’une conférence qui s’est tenue à Harare (Zimbabwe), sur le thème «gouvernance démocratique et réformes électorales en Afrique». La conférence était organisée sous l’égide de la Commission des Églises pour les affaires internationales (CEAI) du Conseil œcuménique des Églises (COE).

Dans le sillage de l’adoption d’une nouvelle Constitution au Zimbabwe, les responsables d’Église ont martelé que la stabilité était essentielle pour qu’un gouvernement puisse se concentrer sur le développement et la relance économique.

Dans son discours d’ouverture, l’évêque Ishmael Mukuwanda, président du Conseil des Églises du Zimbabwe, a examiné comment les Églises pouvaient faire en sorte que les élections disposent d’un environnement adéquat pour se dérouler dans des conditions libres, démocratiques et crédibles. Il estime que les Églises en ont la capacité «étant donné que les chrétiens représentent environ 80% de la population du pays.» […]