Après deux semaines d’intenses négociations, c’est le samedi 12 décembre 2015 – soit une journée après le calendrier officiel – qu’a été adopté ce qui est désormais appelé l’Accord de Paris. Il s’agit d’un texte de 39 pages et de 29 articles qui pose un cadre général à la lutte contre les changements climatiques et qui est d’ores et déjà présenté comme étant historique.

Seulement, au-delà des postures politiques et médiatiques, il peut être difficile de comprendre les véritables enjeux et la portée d’un texte aussi complexe. Pour y arriver, il est avant tout nécessaire de distinguer plusieurs niveaux de lecture 

Sur le plan politique, un accord historique

Si l’Accord de Paris est qualifié d’historique avant même son application, c’est parce qu’il est le résultat d’un véritable succès en matière de diplomatie climatique. En effet, pour la première fois, on a un accord universel sur le climat au travers duquel les 195 pays signataires – plus l’Union européenne – s’engagent dans la lutte contre les changements climatiques.

Auparavant, seul le Protocole de Kyoto pouvait prétendre à une certaine représentativité mais celui-ci n’imposait finalement des réductions d’émissions de gaz à effet de serre qu’aux seuls pays industrialisés. L’Accord de Paris permet alors de dépasser ces clivages en s’adressant à « toutes les parties ». […]