«Le but des religions est de développer et de promouvoir la compassion et le pardon, pourtant les religions engendrent bien souvent des conflits et des désaccords», a lancé dimanche le dalaï-lama lors de sa conférence sur L’éthique au-delà des religions. Un manque de principes moraux et d’éthique séculière en seraient les causes. Une salle bondée écoute avec attention les paroles du chef spirituel. L’atmosphère est détendue, des enfants circulent dans les allées et sa sainteté s’exprime avec humour.

Si les différentes religions sont sources de discordes, alors qu’elles prônent toutes des valeurs de compassion et de pardon, il s’agit de montrer que ces valeurs existent au-delà des religions et réunissent tous les individus. Ces valeurs se retrouvent dans l’éthique séculière ou morale naturelle, «qui dépend de facteurs biologiques, contrairement à la foi religieuse qui dépend d’une réflexion», explique Tenzin Gyatso. La morale naturelle peut être définie comme «le fait d’être fondamentalement concerné par l’autre comme par soi-même, de par sa nature, propre aux êtres sensibles». […]