Même si les travaux historiques sur ce sujet sont encore peu nombreux, le rôle des protestants est aujourd’hui mieux connu.

Un courant de pacifisme parcourt le protestantisme français avant et au début de la guerre. Cependant, les pasteurs rejoignent « l’Union sacrée » qui s’impose en France et stoppent toute relation avec les protestants allemands qui ont justifié l’invasion de la Belgique par leur pays. L’argument d’une décadence de l’élite allemande et de la Kultur allemande est largement mis en avant, dans un patriotisme exacerbé. En s’engageant massivement, les protestants sont prêts à tous les sacrifices, puisque c’est là que se joue le dernier épisode de leur réintégration dans la communauté nationale.