« Inventer Dieu, une formule choc qui dit quelque chose »

« Inventer Dieu, une formule choc qui dit quelque chose »

Professeur à l’Université de Lausanne et au Collège de France, le théologien Thomas Römer vient de publier « L’invention de Dieu » et « La Bible quelles histoires ! ». Interview.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 2 octobre 2014

Auteur : Vincent Volet

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

Vos livres témoignent de l’importance que vous accordez à partager l’état de la recherche en Ancien Testament. A quel public vous adressez-vous ?

Thomas Römer : L’idée, surtout pour « L’invention de Dieu », c’est que cela sorte un peu des réseaux Eglises-paroisses-groupes bibliques. Les éditions du Seuil ne s’adressent pas tellement à ce public-là. Ce livre est écrit à l’intention de personnes qui ont quand même quelques idées à la fois sur l’histoire, sur la culture et la civilisation. Un public cultivé : des gens qui s’intéressent aux origines du christianisme, du judaïsme et aussi de l’islam d’une certaine manière. « La Bible quelles histoires ! » vise davantage un public traditionnel qui manifeste un intérêt pour les origines de la Bible.

Quelle place laissez-vous à la foi, après avoir mené l’enquête de « L’invention de Dieu » ?

Ce n’est pas à moi de répondre à cela. On me dit souvent : « Vous allez détruire la foi des gens. » Ce n’est pas du tout mon but. Après, c’est une question que chacun doit se poser pour lui-même : est-ce que, pour lui, les textes bibliques sont seulement des textes qui ont vu le jour à un moment historique précis et qui ont influencé l’histoire et la civilisation occidentale ? Ou alors, est-ce que ces textes et leur influence dans les synagogues, églises et mosquées ont quelque chose à dire qui dépasse le seul contexte historique ? Ce n’est pas à moi de donner la réponse, la foi est une question personnelle. Pour moi, la foi ne s’apprend pas, elle ne s’inculque pas et je suis opposé à toute forme de zèle missionnaire. On peut expliquer ce que cela veut dire aujourd’hui d’être chrétien, juif ou musulman, mais après, à la question de la foi, c’est à chacun de trouver sa réponse.

Les religions semblent parfois devenir folles, comme on le voit avec l’État islamique. Ce phénomène était-il déjà visible dans la Bible ?

Certains textes, comme dans le Deutéronome, demandent de détruire les statues des dieux des autres peuples et d’éviter tout contact avec eux, car ils nous détourneraient du vrai Dieu. Ces textes invitent à une ségrégation violente, voire à des massacres. Ces discours existent bel et bien dans la Bible, ils viennent d’une époque où le petit peuple judéen se sentait menacé. Il pouvait s’agir de formules purement rhétoriques, mais il est arrivé par la suite que ces textes soient pris à la lettre. En Afrique du Sud ces textes ont été utilisés pour justifier l’apartheid. D’où l’importance d’avoir une lecture historique, pour expliquer ces passages et éviter de les considérer comme des recettes. Le danger de tout monothéisme est qu’il est convaincu de détenir la vérité, et qu’il veut convaincre les autres de cette vérité. Il peut le faire par une présentation argumentée mais, en particulier si la religion est soutenue par un État ou un groupe puissant, il risque d’imposer ses idées par la violence.. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

C'est parti pour la Journée Internationale de la Bible

C’est parti pour la Journée internationale de la Bible !

Le 24 novembre, toutes les personnes disposant d'un compte sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram) sont invitées à transmettre une sélection de versets illustrés.

Un contenu proposé par Alliance biblique française (ABF)
Un plaidoyer peu protestant

Un plaidoyer peu protestant

« Il n’y a pas de juste, pas même un seul ». La théologie protestante de la grâce imméritée s’est beaucoup inspirée de cette vérité biblique, qui est irréfutable.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
Dieu en prison

Dieu en prison

Détenus et aumôniers témoignent. Découvrez l'édito de Croire et lire n°50.

Un contenu proposé par Croire et lire

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Abonnez-vous à un média protestant !