Abraham

Abraham

Après l’échec de la tour de Babel, Dieu décide passer par un homme, Abraham... Récit n° 06/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible

Publié le 17 mai 2019

Auteur : Antoine Nouis

Après l’échec de la tour de Babel, Dieu décide passer par un homme, Abraham, pour faire une alliance et se révéler au monde. De la foi d’Abraham, nous pouvons dire trois choses.

Lorsque Dieu a appelé Abraham, il vivait à Harrân, une ville vouée au culte des astres. Dieu lui demande de quitter ce lieu, car son avenir n’est pas dans les étoiles, mais dans une marche dans un désert : « Va-t’en de ton pays, du lieu de tes origines et de la maison de ton père, vers le pays que je te montrerai[1]. » Dieu n’indique pas à Abraham le lieu où il doit aller, c’est en marchant qu’il le découvrira. Le Dieu d’Abraham se révèle dans une marche, c’est tout au long de son parcours qu’il comprendra que le Dieu de l’alliance est celui qui chemine à ses côtés.

Après avoir fait alliance avec Abraham, Dieu le considère comme un partenaire, c’est pourquoi il lui fait part de son projet de détruire Sodome, car la ville était devenue trop injuste. S’il avait été dans une spiritualité de la soumission, Abraham aurait accepté la destruction de la ville. Mais Abraham est dans une spiritualité de la parole, et il confronte Dieu à sa propre justice : « S’il y a des justes à Sodome, et que tu détruis les justes avec les injustes, tu n’es plus le Dieu de la justice[2]. » Abraham écoute la parole de Dieu, mais il dit ce qu’il a sur le cœur. Sa spiritualité repose sur l’écoute et la parole.

Dieu a promis à Abraham une descendance, mais ce n’est que dans son grand âge qu’il a eu un fils. Le temps de Dieu n’est pas celui de nos impatiences. Lorsque l’enfant a grandi, Abraham a entendu que Dieu lui demandait de sacrifier son fils unique. Au dernier moment, Dieu a retenu le bras de son serviteur et lui a ordonné de sacrifier un animal. C’est comme s’il lui disait : « je ne veux pas le sacrifice du fils, laisse-le aller, laisse-le vivre afin qu’il construise son histoire. Lui aussi doit quitter la maison de son père pour défricher sa propre route. »

Le Dieu d’Abraham appelle l’humain à devenir un sujet appelé à la parole et à la liberté.

[1] Gn 12.1.

[2] voir Gn 18.25.

Le signe de la circoncision

Lorsque Dieu fait alliance avec Abraham, il pose la circoncision comme signe de cette nouvelle relation. Comme tous les signes, nous devons prêter attention à ce qu’il désigne.

L’homme, le mâle naturellement conquérant et dominateur, porte dans sa chair une marque qui est le signe d’une limite. Il n’y a pas de civilisation si l’homme ne met pas un frein à une sexualité potentiellement infinie. Quand il dévoile son sexe, l’homme circoncis se souvient qu’il n’est pas Dieu et qu’il est appelé à humaniser son désir. Une sexualité épanouie et respectueuse ne peut faite l’économie de la blessure.

Découvrez d’autres récits sur le blog Regards sur la Bible

Sur le même thème

Babel

Babel

À la fin du récit du déluge, les descendants de Noé ont peuplé la terre chacun selon sa langue... Récit n° 05/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible
Le déluge

Le déluge

Noé est un personnage universel. Il est probablement l’homme le plus célèbre de la Bible... Récit n° 04/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible
Caïn et Abel

Caïn et Abel

Adam et Ève ont deux fils. L’aîné, Caïn, est cultivateur. Le cadet, Abel, est berger... Récit n° 03/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Regards sur la Bible

Regards sur la Bible vous propose de parcourir l’Ancien et le Nouveau Testament en 50 pages. Un blog animé par le théologien Antoine Nouis.

Derniers contenus du partenaire

7e convention du Forum protestant