Au jardin de la résurrection : la tentation de Marie

Au jardin de la résurrection : la tentation de Marie

Le quatrième évangile est le seul à situer explicitement le tombeau de Jésus et la première apparition du Ressuscité dans un jardin. Plusieurs indices incitent à voir en toile de fond de son récit de Pâques le jardin de la Genèse, l’Eden. Mais où se cache donc le serpent ?

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 20 avril 2012

Auteur : Dominique Hernandez

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

L’événement fondateur du christianisme tient dans le mot « résurrection ». Dire que la puissance de Dieu surpasse celle de la mort, dire que celui qui a été crucifié n’a pas été englouti dans la mort, dire qu’il est vivant et que, par cette vie surgie de la mort, est renouvelé le sens de l’existence des croyants, cette confession est mise en récit à travers une expérience humaine.

L’évangile de Jean met en scène une de ces expériences avec la figure de Marie de Magdala : une femme dans un jardin, qui cherche le corps d’un mort, et qui rencontre un vivant. Quelques mots et quelques images suffisent à évoquer l’Eden : un premier jour, un jardin, un homme-jardinier (car telle était la mission de l’humain en Eden), une femme nommée par l’homme, la nécessité de quitter le jardin. Qu’en est-il alors du serpent et de la tentation qui pousse l’homme et la femme à manger le fruit de l’arbre défendu ?

Marie de Magdala est arrivée dans le jardin éperdue de chagrin, perdue dans la fascination de la mort. Elle veut mettre la main sur le corps de Jésus, le trouver, le prendre, le garder. Celui qu’elle croit être un jardinier et qui est le Ressuscité l’arrache à la sidération de la mort et la rappelle au présent en l’appelant par son nom. Mais Marie croit encore que celui qui se tient auprès d’elle est le même que celui qu’elle connaissait et qui a été crucifié. Son élan vers lui se tient en un mot : rabbouni, ce qui signifie Maître. Quelques mots de Jésus coupent alors cet élan : ne me touche pas ou ne me retiens pas. Par ce verbe est interrompu le désir de Marie de retenir celui qui est là afin qu’il ne disparaisse plus, son désir de le retenir pour retrouver le passé avec Jésus. Or le corps du Ressuscité n’est pas à toucher, bien qu’il soit touchable, comme le feront comprendre les récits de la rencontre avec Thomas et du repas sur la plage. Ce corps n’est pas à toucher par Marie car son désir de toucher signifie une mainmise sur ce qui ne peut être possédé. […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

Homme et femme, il les créa

Homme et femme, il les créa

Découvrez l'édito du numéro d'octobre 2018 de Nuance : « Merci Seigneur de ne pas m'avoir fait femme »

Un contenu proposé par Nuance
Une pédagogie de la liberté

Une pédagogie de la liberté

Les évangiles rapportent que Jésus enseignait avec autorité. Pour autant, il n′y avait rien en lui de l′ordre de la coercition.

Un contenu proposé par Signes des Temps
Nous ne sommes jamais au bon endroit

Nous ne sommes jamais au bon endroit

Il est rare de se trouver au bon endroit. Le texte biblique nous le dit de plusieurs manières.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire