Baden Powell et la religion

Baden Powell et la religion

Baden Powell (1857-1941) a fondé le scoutisme après une carrière militaire. « Servir Dieu » était fondamental dans sa pédagogie mais en relativisant l’importance de l’Église.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 10 mars 2014

Auteur : Louis Pernot

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

Baden Powell est le fondateur bien connu du scoutisme, il avait donc bien sûr une vision pédagogique pour l’éducation de la jeunesse, mais son projet était sous-tendu par une théologie qui mérite de l’attention.

La méfiance même qu’a eue l’Église catholique vis-à-vis du scoutisme mettant plus de dix ans avant de s’en emparer, le prouve. Il faut dire que Baden Powell était protestant, fils de pasteur et qu’il avait une anthropologie, et une conception de la religion très profondément inspirées des idées de la Réforme.

Parmi celles-là, on trouve d’abord une formidable ouverture, il n’a pas voulu faire du scoutisme un mouvement confessionnel au service d’une Église particulière sans doute parce qu’il avait une ecclésiologie faible, relativisant l’importance de toute Église, bien dans la sensibilité protestante : l’important, ce n’est pas l’Église, mais l’Évangile, ou plus encore la façon de vivre une bonne nouvelle les uns avec les autres. De même il ne voulait pas d’aumônier, au nom du sacerdoce universel, un chef peut très bien témoigner et partager l’Évangile avec les jeunes, la présence d’un prêtre ou d’un pasteur n’étant absolument pas essentielle pour s’approcher de Dieu. Mais cela n’allait pas avec une dévalorisation du spirituel, au contraire. « Servir Dieu » est l’un des trois points de la promesse et tout à fait central dans toute sa pédagogie, mais il pensait que « servir Dieu » ne voulait pas dire se soumettre à des actes liturgiques ou des pratiques d’Église, mais vivre concrètement l’Évangile dans une volonté de servir Dieu par la fraternité et l’entraide, et de se laisser mouvoir par un profond sentiment de reconnaissance. […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

Que faire avec une bible trop abîmée ?

Une bible trop abîmée ou usagée peut constituer un bon souvenir que l’on souhaite garder, rejoindre les archives familiales ou être tout simplement recyclée pour son papier. L’objet vieillit et meurt, pas son message.

Un contenu proposé par
Du mandat d’Abraham au grand envoi

Du mandat d’Abraham au grand envoi

Les quatre premiers versets du chapitre 12 de la Genèse rapportent la promesse que Dieu fait à Abraham.

Un contenu proposé par Point-Théo
Le sermon sur la montagne

Le sermon sur la montagne

L‘évangile de Matthieu a rassemblé l’enseignement de Jésus en matière de vie chrétienne dans un texte intitulé le sermon sur la montagne. Récit n° 32/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible
Les anabaptistes face aux écrits de Paul

Les anabaptistes face aux écrits de Paul

A la différence de Luther qui a redécouvert l’épître aux Romains, les anabaptistes ont mis l’accent sur les évangiles. La théologie anabaptiste-mennonite rejetterait-elle les écrits du grand apôtre ?

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram Les dossiers thématiques de Regards protestants