Bible et actualité : cassure et casseurs

Bible et actualité : cassure et casseurs

Casser vient d'un verbe qui signifie "agiter fortement, briser à force de secousse". Comment exprimer la violence d'une situation ?

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 27 novembre 2013

Auteur : Joël Dahan

« On va tout casser ! On n’a plus rien à perdre, et s’il faut casser pour être entendu, on le fera. » Cette parole d’une ouvrière licenciée rejoint les paroles et les gestes de désespoir de ceux qui subissent les durs effets de la crise. Cassé, brisé, mis en morceaux sont des expressions qu’on utilise pour parler des personnes vulnérables ou fragilisées par une situation économique ou sociale difficile, une maladie, un deuil, ou persécutées à cause de leur engagement pour la liberté… Et ceux qui sont cassés sont parfois tentés de crier leur colère en se mettant à casser à leur tour.

Si certains vont se contenter d’une casse matérielle symbolique, d’autres n’hésitent pas à aller plus loin et sont prêts à « se casser » (partir ou se suicider), casser du noir (c’est l’autre !), ou par exemple briser la digue qui permettait de ne jamais faire alliance avec l’extrême droite.

Car beaucoup leur avaient annoncé des ruptures, des chocs, pour réduire les fractures, des mots qui révèlent qu’une certaine violence serait nécessaire pour faire advenir du neuf.

Gestes prophétiques

Dans la Bible, il y a aussi de la casse. Dieu détruit ou appelle à détruire les idoles. (Qui sont les nouveaux casseurs d’idoles modernes aujourd’hui ?) Avec les prophètes, il s’agit de briser le joug qui pèse sur le peuple en exil et sur tous les opprimés. Et les prophètes, comme Jérémie, n’hésitent pas à casser des objets pour qu’un message soit reçu. Ceux-là ne cassent pas pour défendre leurs intérêts personnels, mais pour attirer l’attention sur les injustices et rappeler l’alliance avec Dieu. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Le Dieu amoureux

Le Dieu amoureux

Le Dieu de Jésus-Christ est souvent considéré comme un « père ». Moi, je le considère comme un amoureux.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Relire Karl Barth avec discernement

Cinquante ans après sa mort, quel héritage le théologien Karl Barth a-t-il laissé ? Entretien avec Henri Blocher.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Aimer ses ennemis, est-ce possible ?

Le commandement d’aimer son ennemi est un oxymore, une contradiction dans les termes.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Réforme est un hebdomadaire protestant d’actualité, né en 1945 de la Résistance. Consciente de cet héritage, l’équipe du journal souhaite se dégager de l’instantanéité de l’information pour décrypter, analyser, prendre de la distance face à un monde de plus en plus complexe.

logo

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants