De la pauvreté… généralisée

De la pauvreté… généralisée

Réflexion biblique autour du choix du nom du nouveau pape, qui par sa référence à François d'Assise nous invite à comprendre autrement la pauvreté dans le monde.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 21 mars 2013

Auteur : Olivier Brès

François se met tout nu devant l’évêque d’Assise. François avec ses compagnons vit du travail manuel et de la mendicité. François reste un laïc toute son existence. François doit se battre contre la tendance de ses frères à s’installer. François va en Égypte rencontrer le neveu de Saladin… Nous ne savons pas quels épisodes de la vie de François d’Assise ont engagé le nouveau pape à choisir son nom. Certains de ces épisodes entretiennent d’ailleurs un rapport plutôt paradoxal avec la réalité de la papauté dans son état présent.

Mais un autre paradoxe provient de l’insistance du pape sur la pauvreté. Que faut-il entendre quand il parle d’Église pauvre pour les pauvres ? Et avant cela comment comprenons-nous aujourd’hui la pauvreté ? Est-ce qu’elle représente une valeur et laquelle ?

Dans un livre récent publié par Robert Castel juste avant sa mort*, le sociologue Serge Paugam décrit les cycles de la solidarité envers les pauvres. Il montre comment en Europe les explications de la pauvreté passent soit par la paresse, soit par l’injustice : cette personne est pauvre parce qu’elle ne veut pas travailler ; cette personne est pauvre parce que le système social est injuste. Selon les pays, l’une ou l’autre explication prédomine. Mais le cycle économique joue aussi : plus le chômage gonfle, plus l’explication sociale est acceptée. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Quelles sont les frontières de l’Église ?

Dans Marc 9, 38-48, Jésus met en garde ses disciples contre la tentation de délimiter les frontières de l’Eglise. Les explications d'Antoine Nouis et Laurence Belling.

Un contenu proposé par Campus protestant
Connaissez-vous le théologien Friedrich Schleiermacher ?

Connaissez-vous le théologien Friedrich Schleiermacher ?

Schleiermacher ? Quel nom difficile à prononcer pour des francophones ! Alors, m’a demandé un ami, « pourquoi t’intéresses-tu tellement à lui ? »

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Jésus : l’homme qui préférait les femmes

Le nouvel essai de Christine Pedotti, propose de relire les Évangiles en se concentrant sur ses nombreuses figures féminines, par la suite peu valorisées dans la tradition chrétienne. Entretien avec l'auteur.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Réforme est un hebdomadaire protestant d’actualité, né en 1945 de la Résistance. Consciente de cet héritage, l’équipe du journal souhaite se dégager de l’instantanéité de l’information pour décrypter, analyser, prendre de la distance face à un monde de plus en plus complexe.

logo

Derniers contenus du partenaire