Est-il possible de subir un « mauvais sort » ?

Est-il possible de subir un « mauvais sort » ?

La question d'un visiteur et la réponse d'un pasteur.

Un contenu proposé par Lab'Oratoire

Publié le 5 février 2016

Auteur : Marc Pernot

Lire directement l’article sur Lab'Oratoire

Question d’un visiteur :

Chers pasteurs,

Ma question va vous paraître saugrenue, mais croyez vous ou, sinon comment expliquez vous qu’un « mauvais sort » puisse être jeté sur qq’un ? Je m’explique :
ma collègue directe (une femme que j’ai donc l’occasion d’observer et d’écouter quotidiennement) est une femme très bien (honnête, dynamique, gaie, saine de corps et d’esprit) et courageuse (elle élève seule ses 3 enfants et reste toujours de bonne humeur et positive malgré un rythme quotidien exigeant). Divorcée, ses relations avec son ex-mari et plus particulièrement son ex belle-mère sont exécrables, bien que les raisons du divorce soient parfaitement légitimes (de sordides affaires de moeurs), l’ex belle-mère ne supporte pas l’idée que des rumeurs puissent ternir son image de notable. Aussi a-t-elle juré il y a plusieurs années de faire payer l’affront à ma collègue et de lui jeter un sort. […]

Réponse d’un pasteur :

Bonjour & amitiés, merci de prendre à cœur les malheurs de votre amie.

Personnellement, je ne pense absolument pas qu’il existe des forces obscures et maléfiques. Il existe qu’une puissance transcendante et elle n’est que créatrice de vie, de mieux être, de réconciliation. Nous l’appelons « Dieu » en français. Même la plus malveillante des personnes n’a donc aucune puissance à mobiliser en jetant un sort, en piquant une poupée avec des aiguilles, ou je ne sais quelle autre pratique de sorcellerie. Tout au plus, il serait possible d’envisager la possibilité d’une transmission de pensée. Je veux bien en accepter l’hypothèse bien qu’à ma connaissance il n’ait jamais été scientifiquement observé, par un laboratoire indépendant de scientifique sceptiques. Mais même alors, cette transmission de pensée est quelque chose de ténu conter lequel il serait largement possible de résister, et qui en tout cas ne tue pas une personne à distance.

Par conséquent, je pense qu’il n’y a rien d’objectif dans le fait de « jeter un sort ». Je suis persuadé qu’un colibri, par exemple, pourrait être maudit par la belle mère de votre copine, cela ne changerait rien à sa vie de colibri, cela ne ferait même pas frémir la plus légère de ses plumes. […]

Lire la suite sur Lab'Oratoire

Dans la même rubrique...

Un phrase si banale

La parole d'Eric Galia, pasteur de l’Église protestante unie du Bassin Alésien.

Un contenu proposé par Pasteurdudimanche.fr

Pour que notre avenir s’ouvre

La parole de Luc-Olivier Bosset, pasteur de l’Église protestante unie de Montpellier.

Un contenu proposé par Pasteurdudimanche.fr

L’Évangile de la résurrection

Ce texte de Marc est prévu pour le jour de Pâques, fête de la résurrection du Christ. Or, dans ce texte, c’est l’inquiétude et la peur qui entourent l’annonce de la résurrection.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

Écouter le scandale de la croix avant de chercher à l’expliquer

La plus grande tâche de la théologie est de trouver un sens à la grande énigme des évangiles : comment comprendre que celui qui se présente comme le béni de Dieu soit mis à mort de la pire mort qui soit ?

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis