Egalité

Femme-homme : différenciés mais pas différents !

Une réflexion autour de la vision, de la place et du rôle des femmes développée par Elisabeth Elliot, écrivaine anglo-saxonne.

Un contenu proposé par Servir ensemble

Publié le 20 avril 2020

Auteur : Victoria Declaudure

Lire directement l’article sur Servir ensemble

Après un premier article évoquant une théologie négative ou « restrictive » de la femme pouvant provoquer une blessure à l’estime de soi, ou aggraver des blessures d’enfance, voici le deuxième volet de cette reflexion.

Pour Elisabeth Elliot, seules les femmes qui deviennent mères et se restreignent à ce rôle, sont pleinement, vraiment, entièrement femmes. Tout le reste (sauf le ménage, bien entendu) elles peuvent le laisser entre les mains sûres de leur époux plus intelligent. Vivre autrement, avoir d’autres aspirations, c’est se contenter « d’une caricature, d’une pseudo-identité humaine » (paroles très dures !).

La différenciation sexuelle est un fait biologique, et il en découle des expériences et « rôles » physiques et psychologiques différenciés pour les parents. Selon Genèse 1 v.31 cela est « très bon » et nous pouvons, comme Elliot, le célébrer.

Mais « différencié » n’est pas synonyme de « différent ». Le mot implique qu’une attention a été portée pour faire ressortir des différences, parfois subtiles.

A titre d’exemple : en tant que prof d’anglais au lycée, puis à l’université, je m’étais donné beaucoup de peine à pratiquer la pédagogie différenciée. Je me suis vite rendu compte que mes étudiants avaient des styles d’apprentissage différents, avançaient à des rythmes différents, étaient différents de par leurs acquis, leurs personnalités, leurs intérêts … Et pourtant, ils étaient tous rassemblés dans la même classe pour apprendre la même langue, et seraient confrontés au même examen final… Mon but, c’était de les aider à atteindre ces objectifs communs en mettant en œuvre des moyens et des parcours diversifiés mais complémentaires.

Des objectifs communs

Or, bien que différenciés sexuellement, le premier couple partageait […]

Lire la suite sur Servir ensemble

Vous pourriez aimer aussi

Y a-t-il une femme apôtre dans le Nouveau testament ? Junia

Y a-t-il une femme apôtre dans le Nouveau testament ?

La question de Junia, mentionnée dans l’épitre aux Romains 16.7 a déjà fait couler beaucoup d’encre.

Un contenu proposé par Servir ensemble
Bible français courant moins sexiste ?

La Bible, « nouvelle français courant », moins sexiste?

Avec l’évolution de la langue, des expressions plus fidèles au grec ou à l’hébreu ont été trouvées afin que la traduction soit moins sexiste.

Un contenu proposé par Servir ensemble
La femme des Proverbes, puissante et sexy

La femme des Proverbes, puissante et sexy

Il est temps de considérer la description de la femme de Proverbes 31 pour ce qu’elle est, un chant en l’honneur d’une femme vaillante face à la multiplicité des tâches qui lui incombent

Un contenu proposé par Servir ensemble

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Servir ensemble

Le blog de la pasteure Joëlle Sutter-Razanajohary et de la théologienne Marie-Noëlle Yoder. « Servir ensemble » revisite la complémentarité hommes/femmes dans les Églises évangéliques.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast