Jésus et Paul : libérateurs des femmes !

Lors d'une récente chronique à charge contre le livre d'Eugénie Bastié critiquant le féminisme actuel, l'humoriste Sophia Aram s'est également attaquée aux religions accusées d’être le bras armé de l’oppression des femmes. A tort ou à raison ?

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 8 mars 2017

Sophia Aram connaît bien les religions. Son premier spectacle, Crise de foi, s’en moquait. Sa chronique sur France Inter est souvent consacrée aux religieux de tous bords, aux extrémistes de tous poils. Mais il est rare qu’elle cite l’Écriture.

Une lourde charge

Aux propos du livre d’Eugénie Bastié « Adieu mademoiselle – La défaite des femmes », le féminisme radical soumis aux idéologues homosexuels convertis à la théorie du genre et à l’islamisme radical, Sophia Aram déclame : Ah ! Eugénie, Eugénie, comment te dire ? Qu’il suffirait peut-être de relire saint Paul dans sa première Épitre aux Corinthiens, je cite : « le chef de tout homme c’est le Christ, le chef de la femme c’est l’homme, le chef de Christ c’est Dieu », pour comprendre qu’à des degrés divers aucune religion n’a jamais été l’amie des femmes surtout lorsque, quelques lignes plus loin, saint Paul fait un pas de plus pour « libérer » les femmes en expliquant que « toute femme qui prie ou qui prophétise tête nue, fait affront à son chef. Et si la femme ne porte pas de voile, qu’elle se fasse tondre ». Ce qui fait de saint Paul un avant-gardiste précurseur d’une mode vestimentaire qui aura son petit succès au Moyen- Orient et d’une pratique éphémère qui surgira temporairement au moment de l’épuration. Si ça ce n’est pas un féministe, moi je m’achète une paire de roubignoles ! La charge anti-chrétienne, anti-paulinienne est lourde.

Un réalisme injuste 

Il convient de reconnaître que cette critique adressée au christianisme, et plus généralement aux religions, est fondée. La religion oppresse. Par nature, aurait-on envie de dire. Mais Jésus, lui, a bel et bien été un libérateur de la femme. Nul ne peut contester qu’elles furent nombreuses à le suivre. Jusqu’au bout, jusqu’au tombeau. Alors même que les hommes, ces champions de la foi, avaient fui ou, pire, renié le maître. Elles furent séduites par son message qui les libérait du pouvoir écrasant du mâle et de leur rôle de servante et de mère. Avec lui et au sein des disciples, elles se retrouvaient dans une « communauté d’égaux ». Paul a continué cette voie de libération de la femme, contrairement à ce que pensent bien des personnes, même au sein de nos Églises. Paul reconnaît comme apôtres les deux partenaires du couple : Saluez Andronicus et Junias, mes parents et mes compagnons de captivité. Ce sont des apôtres éminents et ils ont même appartenu au Christ avant moi (Romains 16.7). De même, l’étude minutieuse du texte montre que, après avoir cité dans la première partie les arguments des Corinthiens, Paul les conteste un à un dans la seconde partie. Au final, pour lui, la chevelure a été donnée comme voile à la femme. Elle peut donc prier et prophétiser sans, ayant pour ainsi dire un voile naturel sur la tête. Les successeurs de Paul tenteront et arriveront à stopper la libération de la femme initiée par Jésus et par Paul. Mais si les religions oppressent – hommes et femmes d’ailleurs – pour assouvir leur soif de pouvoir, la foi, elle, puisant à la source des Écritures, libère.

Presse régionale protestante

Retrouvez d’autres articles de Paroles Protestantes Paris sur le site de la Presse régionale protestante.

Dans la même rubrique...

C’est quoi la justification par la foi ?

Sorte de « À toi la Gloire » de la théologie, la justification par la foi est un pilier du protestantisme, un leitmotiv des discussions animées entre confessions chrétiennes.

Un contenu proposé par Ouest-Infos

Jésus et ses ami(e)s

Les évangiles nous font réaliser que Jésus ne se séparait de ses douze disciples que dans de rares occasions : lorsqu’il les envoyait en mission ou quand il voulait se mettre à l’écart pour prier.

Un contenu proposé par Croire et vivre

Se sentir vivant

"Nous sommes à un moment de notre vie sociale où ce dont nous avons le plus besoin est de nous sentir vivants". Une prédication du pasteur James Woody.

Un contenu proposé par Esprit de liberté

La tente des Écritures

Une réflexion de Dominique Hernandez, pasteure de l’Église protestante unie de France au Foyer de l'Âme à Paris.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses