La lourdeur, le partage et la joie

La lourdeur, le partage et la joie

A partir d'un verset proposé par la liturgie anglicane, voici une réflexion sur le travail. Même s'il implique parfois une charge difficile à porter, partager ses peines et aller vers les autres peut finalement mener vers la joie.

Un contenu proposé par Dans les pas d’un Autre

Publié le 20 novembre 2017

Auteur : Claire Sixt-Gateuille

Lire directement l’article sur Dans les pas d’un Autre

“Venez auprès de moi, vous tous qui portez des charges très lourdes et qui êtes fatigues, et moi je vous donnerai le repos.” (Mt 11.28, traduction PdV)

Ce verset est le verset proposé par la liturgie anglicane pour les lundis ordinaires. Quand l’archidiacre Meurig Williams (le responsable général des paroisses anglicanes en France) m’a proposé de faire porter ma méditation sur ce verset (lors du temps de prière inaugural de la rencontre du comité de Suivi des Accords de Reuilly qui a eu lieu du 13 au 15 Novembre à Larne, au Nord de Belfast), je l’ai lu et me suis dit : « C’est étrange de choisir ce verset pour commencer la semaine, ce verset qui parle de la charge que nous portons tous d’une façon ou d’une autre. Comme si recommencer la semaine de travail était – devait être – difficile, dur, stressant. Comme si travailler était une charge lourde à porter… »

Puis j’ai réfléchi à la perspective spirituelle que pouvait nous proposer ce verset pour « lire » nos vies. Deux idées me sont alors venues :

1. Est-ce que ce dont nous choisissons de nous charger vaut toujours la peine d’être porté ? En ce début de semaine, il est toujours bon de ce demander “cela en vaut-il la peine ? ». Non pas, cela en vaut-il la peine en termes d’argent gagné ou de reconnaissance sociale, mais « cela en vaut-il la peine aux yeux de Dieu ? » c’est-à-dire en termes de justice, de dignité humaine, de proclamation de l’Évangile, de libération ? Cette question « cela en vaut-il la peine ? » met en lumière ce qui compte vraiment pour nous, nos motivations réelles, en particulier au travail ou dans ce que nous faisons… et en tant que chrétiens, si nous réalisons que nous faisons quelque chose pour de mauvaises raisons, cela vaudrait la peine de reconsidérer si nous devons le faire ou non… […]

Lire la suite sur Dans les pas d’un Autre

Dans la même rubrique...

Petites paraboles du royaume expliquées

Le théologien Antoine Nouis explique deux paraboles agricoles qui parlent du royaume : la semence qui pousse toute seule et la graine de moutarde.

Un contenu proposé par Campus protestant

Sport et foi sont-ils compatibles ?

On peut supposer, en tout cas, que l'apôtre Paul était lui-même sportif pour avoir utilisé un nombre impressionnant d'images sportives pour illustrer sa propre vie et encourager les croyants.

Un contenu proposé par Croire et vivre

A comme amitié

L’Amitié suppose l’attention à l’autre, mais plus encore son approbation. L’amitié nous rend égal l’un à l’autre et permet de chercher ensemble ce qu’il y a de meilleur chez l’autre.

Un contenu proposé par Campus protestant

Le corps, ce mal-aimé

Dans l’histoire humaine, le rapport au corps n’a cessé de fluctuer et continue, aujourd’hui encore, à faire parler de lui. Pas si simple d’habiter son corps.

Un contenu proposé par Christ Seul

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Dans les pas d’un Autre

Cheminer au fil des rencontres internationales. Le blog de Claire Sixt-Gateuille rend compte de ses impressions de visites à l’étranger (environ une par mois), mais aussi des impressions de lecture et des réflexions théologiques ou des méditations, selon les circonstances.

Derniers contenus du partenaire