La peur de perdre et la plénitude du partage

La peur de perdre et la plénitude du partage

Les sujets d’inquiétude ne manquent pas. Mais quelles en sont les véritables raisons ? 

Un contenu proposé par PLVmagazine

Publié le 6 octobre 2014

Auteur : Frédéric de Coninck

Lire directement l’article sur PLVmagazine

L’inquiétude est une maladie de la richesse. Les livres de sagesse de l’Ancien Testament l’affirmaient : « Le sommeil du travailleur est doux, qu’il ait peu ou beaucoup à manger ; mais le rassasiement du riche ne le laisse pas dormir » (Ec 5:11).

De fait, les sociétés d’abondance dans lesquelles nous vivons sont des sociétés inquiètes. On m’objectera peut-être que, même dans les pays riches, beaucoup de personnes sont pauvres. C’est vrai jusqu’à un certain point. Quelqu’un qui vit avec le RSA, en France, aujourd’hui, est certainement dans une situation difficile, mais, matériellement, il a plus de confort que le Roi-Soleil qui n’avait pas le tout-à-l’égout, le chauffage, le téléphone, le RER, la couverture maladie universelle ou la télévision.

Nos inquiétudes

Cela situe d’emblée le problème : dans les sociétés d’abondance d’aujourd’hui, beaucoup de personnes sont tendues, d’abord et avant tout, parce qu’elles sont moins riches que d’autres. Par ailleurs, les segments les plus inquiets des sociétés riches ne sont pas les plus pauvres, qui sont souvent résignés, mais les classes moyennes.

L’inquiétude se nourrit de la peur de perdre : perdre sa richesse, perdre son statut, perdre ses avantages, perdre tout ce qui a de l’importance pour soi. Et cela nous renvoie au Sermon sur la montagne où, peu avant de disserter sur l’inquiétude du manger et du boire, Jésus formule cette exhortation fondamentale : « Ne vous amassez pas de trésors sur la terre, où les vers et la rouille détruisent et où les voleurs percent et dérobent, mais amassez des trésors dans le ciel, où ni les vers ni la rouille ne détruisent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » (Mt 6:19-20). […]

Lire la suite sur PLVmagazine

Dans la même rubrique...

Sur le chemin d’Emmaüs

Deux pèlerins quittent Jérusalem dans la tristesse. Le ressuscité le rejoint et se révèle à eux. Leur vie en est bouleversée.

Un contenu proposé par Campus protestant

Le covid-19 est-il une punition de Dieu ? (7)

De quoi le diable est-il le nom ? Quel que soit le nom qu’on lui donne, on ne peut nier que les évangiles parlent de puissances maléfiques. Que pouvons-nous en dire ? L'analyse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

À corps perdu

Chaque jour à 8h00, pendant ce temps de confinement, je vous propose ma minute vidéo « Je confine en paraboles »... histoire de bien démarrer la journée.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Mes bougies font des ratés

Chaque jour à 8h00, pendant ce temps de confinement, je vous propose ma minute vidéo « Je confine en paraboles »... histoire de bien démarrer la journée.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

PLVmagazine

PLVmagazine était le webzine de l’Union des Église Évangéliques Libres de France. Il proposait un regard évangélique ouvert sur la Bible, la vie chrétienne, l’actualité, la culture…

La version en ligne de PLVmagazine ayant pris fin en 2017, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram