Le pari d’accepter la menace dans la vie

Le pari d’accepter la menace dans la vie

A 37 ans, Marion Muller-Colard, théologienne protestante française, revient sur son livre « L’Autre Dieu » qui raconte le combat de l’homme face au malheur et nous parle aussi de Noël.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 2 décembre 2015

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

Un carton en librairie, deux prix littéraires, votre livre « L’Autre Dieu », qui mêle récit personnel et relecture du livre de Job, est un succès. Comment l’expliquez-vous?

Marion Muller-Colard : Je ne m’y attendais pas. Je n’écris rien de neuf ni d’extraordinaire. Le malheur est un thème biblique incontournable. Mais plutôt que d’expliquer, je raconte. Le récit n’est pas cérébral, mais incarné et vécu, comme emmailloté dans le tissu du monde. Je croise les gens dans leur propre chair et leur intimité.

« La plainte, la menace et la grâce », en est le sous-titre. Qu’est-ce qui se cache derrière?

Je parle de la souffrance de Job et donc de l’homme. La plainte exprime la perte de sécurité qu’il croit garantie par sa confiance en un Dieu contractuel. Nous devons intégrer la menace et prendre le risque de vivre avec tout ce qui peut arriver pour atteindre la grâce en sortant du dogme. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

Ne pas sortir du cadre… mais quel cadre ?

La parole de Christian Baccuet, pasteur de l’Église protestante unie de Paris - Pentemont-Luxembourg

Un contenu proposé par Pasteurdudimanche.fr

Questionnement sur la théologie protestante

Le théologien Pierre Gisel nous propose quelques problématiques sur l’histoire de la théologie protestante au XXe siècle en Europe continentale.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Où est Dieu quand les catastrophes s’abattent sur le monde ?

Découvrez l'édito du numéro de novembre d’Évangile et liberté dont le dossier de Une est : "Religions et médias : entre fascination et répulsion".

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Les Réformateurs et la Bible : la sola scriptura

Que signifient ces deux mots latins que l’on peut traduire par : l’Écriture seule ? Par le mot : Écriture, on entend la Bible, le texte de référence en matière de foi de tous les chrétiens. Ce n’est pas la Bible qui est une originalité de la Réforme, mais le mot » seule ».

Un contenu proposé par Musée protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram