Les chants de table : approche biblique et spirituelle

Les chants de table : approche biblique et spirituelle

Cet automne, les Éditions Mennonites ont publié un Dossier de la revue Christ Seul intitulé : À table ! 75 chants pour les repas. Le Dossier présente 75 chants de table, nouveaux et anciens, avec partitions.

Un contenu proposé par Les cahiers de l'École pastorale

Publié le 10 décembre 2012

Auteur : Georges Mary

Lire directement l’article sur Les cahiers de l'École pastorale

« Bienheureuse la famille dont Jésus est l’hôte ordinaire ! Lui présent, les convives indésirables s’en vont : égoïsme, dispute, mauvaise humeur » (Paul Doumergue).

D’où vient l’idée de chants de table ? On peut rapprocher la pratique des chants de table de deux traditions. La première est lointaine. Au sein des communautés monastiques, la journée est rythmée par les temps d’office, c’est-à-dire les temps de prière, de chants et de méditation des Écritures, en communauté. Jusqu’à aujourd’hui dans les communautés monastiques, les moines ou les religieuses passent directement, et en silence, de la chapelle à la table – des chants en commun au repas partagé. Le repas en silence est alors l’occasion de repasser dans son cœur ce qui a été entendu ou chanté lors de l’office. Après la nourriture de la Parole vient la nourriture pour le corps. Dans cette logique, chant et table sont proches…

La Réforme radicale des anabaptistes au XVIème siècle est – selon certains – un “monachisme de substitution” : les anabaptistes ont cherché à vivre au quotidien, dans le monde, en famille souvent, le type de vie préconisé et vécu par les communautés monastiques. On pourrait dire que la pratique des chants de table est la version “laïcisée”, c’est-à-dire pour tout chrétien, de la séquence office-repas de la tradition monastique.

La seconde tradition de laquelle rapprocher la pratique des chants de table, ce sont les Réveils piétistes et revivalistes et leur influence sur la vie en famille. Avec le souci d’irriguer la vie du croyant aux eaux de la Parole de Dieu et de la prière, on s’est mis à pratiquer une sorte de “culte de famille”, avec prières et lectures de la Bible. On en trouve des traces, par exemple, au début du XIXème siècle dans les familles anabaptistes en France. Il est vrai que le chant semble ne pas avoir été pratiqué dans ce cadre à l’époque. La pratique actuelle des chants de table s’inscrit néanmoins dans cette logique de piété familiale. […]

Lire la suite sur Les cahiers de l'École pastorale

Dans la même rubrique...

La pêche miraculeuse

Une avancée en eau profonde qui transforme Simon le pêcheur de poissons en Pierre le pêcheur d'hommes.

Un contenu proposé par Campus protestant

La prééminence de l’homme sur la femme est-elle présente en Genèse 1.26-27 ?

La distinction fonctionnelle homme/femme et la subordination de la femme qu’elle suppose doivent trouver un autre appui que ce texte.

Un contenu proposé par Point-Théo

Passer des frontières

Chaque humain est appelé à « passer des frontières ». Cette expression recouvre des réalités très différentes. Parcours avec Élie et Jésus (1 Rois 17 et Marc 7, 24-30).

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

Bible et pardon : suivez la flèche !

Décocher une flèche… Telle est l’origine du problème. Car il n’y a pas de pardon qui ne présuppose une atteinte ou une offense.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Les cahiers de l’École pastorale

L’École pastorale a pour objectif de contribuer à la formation pratique et au perfectionnement des pasteurs, principalement les pasteurs des Églises baptistes et des Églises libres. A travers ses Cahiers qui paraissent quatre fois par an, elle participe au développement de la théologie pratique au sein des Églises.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram