Les religions et le monde

Les religions et le monde

Pour le pasteur Michel Bertrand, les religions doivent oser rendre compte d’une intelligence de la foi et la mettre en œuvre.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 16 février 2015

Auteur : Michel Bertrand

« Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? » La phrase a tourné en boucle dans les médias après les tragiques événements de début janvier et la marche citoyenne qui a suivi. Une question lancinante qui disait encore l’effroi, le désarroi et l’incompréhension devant l’horreur, mais qui exprimait déjà à la fois une volonté d’agir pour empêcher le retour de la barbarie et un appel à réfléchir, à distance des passions et des émotions. Une telle requête, visant à prendre en compte la complexité d’un réel douloureux et inquiétant, n’est pas facile à faire entendre devant l’urgente nécessité de dispositions à prendre.

Mais surtout quand des experts, souvent « hors sol », prétendent avoir déjà tout compris des causes et des raisons de ces drames, avançant péremptoirement leurs analyses et solutions simplistes. Il appartient pourtant à chaque citoyen-ne, à chaque composante de la société d’entrer dans une démarche d’approfondissement. Les religions, au centre de bien des discussions ou critiques, ont également à prendre leur part de ce difficile travail sur elles-mêmes et sur la société.

Car l’Histoire nous le rappelle, elles ont trop souvent été en danger d’intolérance, facteurs d’exclusion et d’oppression des consciences, recelant en germe et mêlé aux richesses dont elles sont porteuses un risque de violence faite à l’autre. Une violence dont la Bible elle-même se fait l’écho dans des textes qui livrent un visage de Dieu inquiétant (1). Ces écrits scandalisent souvent les non-croyants et embarrassent les chrétiens qui ont tendance à les écarter sans les interroger. Ils ne doivent pourtant pas occulter ces réalités gênantes, ni méconnaître les dangers que comporte toute croyance ou certitude dès lors qu’elle s’absolutise. Ricœur le disait, « c’est du fond même d’une conviction forte qu’il y a le péril de la violence ». […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Vers notre écologie intérieure ?

N'est-il pas temps pour nous, chrétiens, d’aborder cette crise écologique comme le signe d’une crise spirituelle profonde ?

Un contenu proposé par Point-Théo

Si le grain ne meurt

Les chefs religieux pensaient se débarrasser de Jésus en le clouant à la croix, mais sa mort va faire éclater sa gloire et permettra à son évangile de se répandre jusqu’aux extrémités de la terre.

Un contenu proposé par Campus protestant

Venez, car tout est prêt

Chemin de rencontres et de confiance, Jésus envoie deux des siens à la ville. C’est bientôt la Pâque, il convient de tout préparer pour le maître. Lui va, comme souvent, retourner les choses et au final le cours de l’histoire.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos

Un catéchisme résolument libéral

Une recension du livre de Louis Pernot, "Un christianisme pour le XXIe siècle", paru chez Olivétan.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire