L’éthique du rire face à l’affaire des « sans-dents »

L’éthique du rire face à l’affaire des « sans-dents »

Faut-il rire ou pleurer à propos de Merci pour ce moment, le livre événement de Valérie Trierweiler ?

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 12 septembre 2014

Auteur : Philippe Kabongo-Mbaya

Sur son blog, le professeur Denis Müller dit que « celles et ceux qui en savent le plus sur son contenu et qui le rejettent le plus violemment ne l’ont pas lu et jurent les grands cieux qu’ils ne liront jamais un tel torchon ». Au-delà de son contenu, la publication de ce livre est un acte politique, et de cela nous pouvons parler, même si nous ne l’avons pas lu.

Nous devons commencer par relever qu’il y avait déjà quelque chose de tragi-comique. Cette femme, qui a sa part dans la séparation de François Hollande d’avec Ségolène Royal, est elle-même rattrapée par la séparation dans des conditions comparables. Comme s’il y avait une malédiction propre à ces sagas de glamour parmi les princes qui nous gouvernent.

Ne pas être cynique

Cela étant dit, il faudrait être un peu amoral pour simplement en rire, et puis passer à autre chose, et cela quelle que soit la nature de ce rire. Celui-ci peut être en effet cynique, jouissif, vengeur, désinvolte, etc. Il convient d’associer le rire au mouvement des lèvres et du visage qui le précède, à savoir le sourire.

Dans les Écritures, je pense au rire de désillusion de Sara (Gn 18,11-13), qui était aussi clairement une autodérision. Un détachement non seulement vis-à-vis de la maternité, mais déjà du plaisir même d’être femme dans les bras d’un homme.

Il y a ces enfants moqueurs d’Élisée le chauve, à cause peut-être de sa calvitie un peu trop précoce. L’homme de Dieu le prit très mal (2 R 2,23-24).
Je ne peux éviter enfin ces paroles terribles de Jésus dans les béatitudes de Luc : « Malheur, à vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et dans les larmes. » (Lc 6,25).

Mais il existe aussi des rires qui libèrent. C’est la plainte de Job qui espérait de son Dieu qu’il rendrait encore le sourire à sa bouche (Jb 8,21). […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Bonne nouvelle !

La parole d'Eric Galia, pasteur de l’Église protestante unie du Bassin Alésien.

Un contenu proposé par Pasteurdudimanche.fr

C’est quoi la prière ?

Découvrez l'édito de Croire et lire n°55 sur la prière.

Un contenu proposé par Croire et lire

La prééminence de l’homme sur la femme est-elle présente en Genèse 1.26-27 ?

La distinction fonctionnelle homme/femme et la subordination de la femme qu’elle suppose doivent trouver un autre appui que ce texte.

Un contenu proposé par Point-Théo

Les premiers chrétiens, de grands adeptes du vin ?

Le livre des Actes des Apôtres rapporte que, lors de la première Pentecôte, lorsque le Saint-Esprit promis est descendu sur les premiers croyants, des gens ont dit : « Ils sont complètement ivres ! »

Un contenu proposé par Croire et lire

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast