Naissance d’un peuple

Naissance d’un peuple

L’Exode est un récit de libération, c’est aussi un événement fondateur pour les Hébreux. Récit n° 10/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible

Publié le 14 juin 2019

Auteur : Antoine Nouis

L’Exode est un récit de libération, c’est aussi un événement fondateur pour les Hébreux, car c’est dans le désert que les différentes tribus sont devenues un peuple avec des institutions. Pour organiser la vie commune, Moïse a institué trois ordres : il a nommé des juges intègres pour résoudre les conflits[1], il a institué les descendants d’Aaron comme prêtres pour présider les sacrifices et médiatiser la relation avec Dieu[2], il a enfin choisi soixante-dix anciens pour assumer la fonction politique[3]. Reprenons ces trois ordres.

La justice est une fonction régalienne. La mission d’un état est de faire appliquer les règles de droit pour permettre la vie en société. Dans le livre du Deutéronome qui est le testament de Moïse, la première recommandation de Moïse est d’instituer des juges[4]. Pour rendre une justice équitable, ils devaient être d’une intégrité totale : « Vous ne vous montrerez pas partiaux dans le jugement ; vous écouterez le petit comme le grand ; vous ne craindrez aucun homme. » Une sentence du Talmud déclare que « tout juge qui rend la justice en vérité, fût-ce une heure, devient l’associé de Dieu dans l’œuvre de la création. »

La construction du tabernacle et la nomination des prêtres sont codifiées dans le livre de l’Exode avec beaucoup de minutie. Les commentaires ont souligné que dans un premier temps, Dieu n’avait pas prévu de lieu sacré, mais après l’idolâtrie du veau d’or, il a compris que l’humain était irrémédiablement religieux. Il a répondu à ce besoin de médiation religieuse en confiant cette responsabilité à des hommes particuliers afin d’accorder sa juste place au religieux. Une place importante, mais pas toute la place.

La nomination des anciens est une première réponse au besoin d’une organisation politique. Dans l’histoire, elle sera relayée par l’instauration de la royauté. Le livre du Deutéronome souligne les devoirs du roi pour limiter son pouvoir : Qu’il ne soit pas trop fort, pas trop riche, qu’il n’ait pas trop de femmes et qu’il lise la Bible tous les jours[5].

La séparation des pouvoirs

La nomination des juges, des prêtres et des anciens correspond à une première séparation des pouvoirs entre le judiciaire, le religieux, et le politique. Pour être bien gouverné, un peuple a besoin d’une distinction entre les différents ordres. Pour Montesquieu le bon régime n’est pas nécessairement républicain ni monarchique, il est nécessairement modéré, c’est-à-dire qu’il est partagé, à la différence du tyran qui concentre tous les pouvoirs entre ses mains. Ce n’est pas un hasard si la démocratie au sens moderne du terme s’est d’abord développée dans les pays de tradition judéo-chrétienne.

[1] Ex 18.

[2] Ex 28.

[3] Nb 11.

[4] Dt 1.9-18.

[5] Dt 17.15-20.

Sur le même thème

Moïse

Réfugiés en Égypte pour ne pas mourir de faim, les descendants de Jacob-Israël se sont multipliés, au point de devenir un peuple nombreux. Récit n° 09/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible

Joseph

Toutes les sociétés ont leurs mythes et leurs histoires édifiantes. Récit n° 08/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible
Jacob

Jacob

L’histoire de Jacob est celle d’un exil. Après avoir usurpé le droit d’aînesse de son frère Ésaü, il est contraint à la fuite. Récit n° 07/50 du parcours « La Bible en 50 pages », par le théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Regards sur la Bible

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Regards sur la Bible

Regards sur la Bible vous propose de parcourir l’Ancien et le Nouveau Testament en 50 pages. Un blog animé par le théologien Antoine Nouis.

Derniers contenus du partenaire

7e convention du Forum protestant