Philosophie politique et vision de l’œcuménisme

Philosophie politique et vision de l’œcuménisme

L'universalisme de la Bible hébraïque selon le philosophe Michael Walzer.

Un contenu proposé par Dans les pas d’un Autre

Publié le 17 novembre 2014

Auteur : Claire Sixt-Gateuille

Lire directement l’article sur Dans les pas d’un Autre

Dans son article « Les deux universalismes », tiré du livre Pluralisme et démocratie, le philosophe et professeur de sciences politiques Michael Walzer tire de sa lecture de la Bible hébraïque la conviction que celle-ci présente deux formes différentes d’universalisme.

Le premier universalisme, que je qualifierais de centralisateur, est centré sur l’unicité : un seul Dieu, donc une seule loi, une seule conception de la justice et de la vie « bonne ». Walzer l’appelle « l’universalisme de surplomb » car l’expérience du peuple choisi par Dieu y est décisive et le place symboliquement en surplomb par rapport aux autres ; elle est l’étalon de ce qui compte, le prisme à travers lequel évaluer toutes les autres expériences. La libération d’Égypte est alors la référence absolue, le pivot de l’histoire universelle, l’événement de salut non seulement pour le peuple hébreu, mais pour tous les autres peuples qui en bénéficient par contre-coup. De même, la loi juive est loi surplombante, exemple le plus haut de la morale à suivre et filtre pour évaluer la morale des autres peuples.

Cet universalisme a été ensuite adopté par le christianisme qui a fait de la résurrection de Jésus l’événement de salut pour tous les peuples et tous les temps. Il entraine une confiance – parfois excessive – de la part du peuple « élu » car il est lié à l’idée de triomphe, même si c’est le triomphe de Dieu qui est mis en avant. Cette vision de l’universalisme a également engendré l’idée de mission, en particulier dans sa coloration colonialiste, pour propager sa vision du salut et de la morale. […]

Lire la suite sur Dans les pas d’un Autre

Dans la même rubrique...

Croire à la providence… une protestation

Croire à la providence… une protestation

Et si malgré les horreurs et le tragique de la vie, la foi en la providence était, au bout du compte, une forme de protestation contre le mal ?

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

Quels sont les sacrements chez les protestants ?

À l’inverse du catholicisme, le protestantisme ne reconnaît que deux sacrements : le baptême et l’eucharistie.

Un contenu proposé par

La parabole du bon Samaritain expliquée

En présentant un Samaritain comme modèle de compassion, Jésus prend les religieux à contre-pied et élargit notre regard.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Dans les pas d’un Autre

Cheminer au fil des rencontres internationales. Le blog de Claire Sixt-Gateuille rend compte de ses impressions de visites à l’étranger (environ une par mois), mais aussi des impressions de lecture et des réflexions théologiques ou des méditations, selon les circonstances.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants