Pourquoi Jésus a-t-il abandonné le judaïsme pour faire le christianisme ?

La question d'un visiteur et la réponse d'un pasteur.

Un contenu proposé par Lab'Oratoire

Publié le 15 septembre 2017

Auteur : Marc Pernot

Lire directement l’article sur Lab'Oratoire

Question d’un visiteur :

Pourquoi Jésus a-t-il abandonné le judaïsme pour faire le catholicisme ?

Merci de votre réponse

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Et merci pour votre question intéressante.

Jésus n’a pas abandonné la religion juive, et le christianisme n’existait pas de son temps, et encore moins le catholicisme (qui naîtra progressivement, mais que l’on pourrait dater, du IVe siècle quand de premiers dogmes commencent à être imposés par un pouvoir central).

Jésus était un juif libéral pratiquant sa religion de façon souple et personnelle, pas très à cheval sur les rites, discutant de tout, fréquentant et appréciant des personnes diverses.

Il a renouvelé ainsi la conception de Dieu, le rapport que nous pouvons avoir avec lui et avec les autres, il a ouvert aux paiens, relativisé l’observation des règles religieuses comme de simples moyens possibles afin d’avancer. En aucun cas un moyen de gagner des bons points auprès de Dieu, qui n’est absolument pas dans une logique de comptabilité, selon Jésus, mais qui nous aime comme un père parfait, comme une mère parfaite aime son bébé.

La grande majorité de ses disciples étaient juifs et ont continué à pratiquer la religion juive. Certains disciples étaient païens (un centurion romain et quelques personnes rencontrées lors de voyage de Jésus hors d’Israël). […]

Lire la suite sur Lab'Oratoire

Dans la même rubrique...

L’écologie, une question théologique

L’écologie, une question théologique

En prenant soin de la planète ici et maintenant, l’être humain se montre responsable.

Un contenu proposé par

Pardonner les connards

Petite leçon de théologie avec la pasteure luthérienne américaine Nadia Bolz-Weber, connue pour ses paroles provocatrices.

Un contenu proposé par Campus protestant
Dire Dieu

Dire Dieu

Dans son livre The great partnership, Jonathan Sacks fait la distinction entre le Dieu de Moïse et le Dieu d’Aristote. Il part pour cela de la linguistique et de la différence entre le grec et l’hébreu.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis