"Schweitzer propose une théologie de l'action"

« Schweitzer propose une théologie de l’action »

Le théologien André Gounelle défriche la pensée d’Albert Schweitzer, trop souvent cantonnée à quelques clichés. Une pensée qui reste pertinente, cinquante ans après la mort du prix Nobel.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 4 août 2015

Auteur : Louis Fraysse

La figure d’Albert Schweitzer semble avoir pris le pas sur sa personne. Quelles sont les principales images d’Épinal que nous avons de lui ?

Schweitzer est à la fois connu et méconnu. L’hôpital de Lambaréné a éclipsé le reste de son œuvre. On voit en lui l’homme d’action, « l’humanitaire », l’ami des animaux ; on néglige le musicien ; on ignore généralement le théologien et le philosophe. On l’enferme dans des images convenues et des anecdotes pittoresques sans prendre la peine de le lire et de l’étudier. On perd ainsi quelque chose d’essentiel. Au fil des décennies, sa pensée, ample et profonde, a plutôt gagné que perdu en pertinence et en actualité.

On résume souvent sa pensée à un slogan, le « respect de la vie ». Mais qu’est-ce que le respect de la vie selon Schweitzer ?

Le mot « respect », que Schweitzer a choisi pour rendre l’allemand Ehrfurcht, prête à malentendu. Il ne désigne pas une attitude passive (s’abstenir de tuer, ne pas toucher à ce qui vit), mais un engagement actif au service de la vie.

Dans un rapide panorama des spiritualités depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, Schweitzer repère, sous une immense diversité de formes et avec quantité de nuances, deux grandes tendances.

La première trouve la réalité mauvaise et conseille de lui échapper, en se réfugiant dans la contemplation d’un au-delà, dans la culture de l’intériorité ou dans des pratiques ascétiques. Elle cherche Dieu et le bonheur loin et ailleurs, en dehors de la sphère de l’habituel.

Pour la deuxième, la réalité est bonne. Tout ce qu’apporte l’existence est bien, y compris les souffrances et les misères. C’est Dieu qui les veut et les envoie, elles sont donc positives, même si elles nous sont douloureuses. Le bonheur consiste à leur donner son adhésion, à y consentir. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

La bonne terre

La parole de Debora Mistretta, pasteure de l’Église protestante d'Alsace et de Lorraine à Boofzheim. .

Un contenu proposé par Pasteurdudimanche.fr

Lisons la Bible avec passion et gourmandise

Découvrez l'édito du numéro de septembre d’Évangile et liberté dont le dossier de Une est : "Lessing, la vérité là où le peuple ne l'attend pas".

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Trois ressources pour découvrir la foi

La maison d’édition BLF, le collectif d’artistes engagés Majestart et le blog de ressources chrétiennes Tout Pour Sa Gloire se sont en effet associés pour sortir trois outils très utiles pour l’Église et la mission.

Un contenu proposé par Point-Théo

Se sentir vivant

"Nous sommes à un moment de notre vie sociale où ce dont nous avons le plus besoin est de nous sentir vivants". Une prédication du pasteur James Woody.

Un contenu proposé par Esprit de liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram