Série théologique sur Esther : un vizir génocidaire

Série théologique sur Esther : un vizir génocidaire

À peine Esther est-elle intronisée comme nouvelle reine de Suze, que le second du royaume, le terrible Haman, menace de mettre à mort l’ensemble du peuple juif. Une réflexion sur la nature du pouvoir.  

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 5 mars 2015

Auteur : Laure Salamon

La belle orpheline obtient grâce… Grâce ? Les noms de Mardochée et d’Esther sont perses. Celui de Mardochée ressemble étrangement à Mardouk, principal dieu du panthéon perse, et celui d’Esther à Ishtar, la déesse-mère… Esther serait-elle déjà celle qui obtient grâce pour son peuple et apporte un salut ? Déjà son couronnement s’accompagne d’un nouveau banquet, d’amnistie et de distributions de cadeaux.

Mais l’ordre dans l’empire est à peine rétabli par le choix d’une nouvelle reine qu’aussitôt il est à nouveau ébranlé. Un complot se trame, la vie du roi est menacée, et seule l’intervention de Mardochée permettra de le déjouer. Comme si la manifestation du pouvoir ne pouvait que s’accompagner de l’indice de sa fragilité, comme si tout banquet, symbole de communion, ne pouvait se tenir qu’au prix de victimes expiatoires. Ici les comploteurs qui, jaloux peut-être, en voulant justement au détenteur du pouvoir.

Une réflexion sur le pouvoir

Par ce complot dénoncé, Mardochée est entré dans le palais, du moins dans les Annales du roi. Derrière Esther, mais la manipulant : elle continue de lui obéir ; sur son ordre elle cache son identité, et chaque jour il vient aux nouvelles. Discrètement mais sûrement, Mardochée dirige les opérations.

Cette discrète ascension va rencontrer un premier obstacle. Un nouveau personnage surgit, Haman, nommé second du roi. Haman est un descendant d’Agag, roi des Amalécites, qui fut jadis le rival du roi Saül. Est-ce pour cela que Mardochée refuse de se prosterner devant lui ? Est-ce parce qu’il n’y a pas place pour l’ascension de deux hommes différents dans l’entourage du roi ? Toujours est-il que la colère de Haman, nouveau détenteur d’un pouvoir, se déclenche contre celui qui lui résiste.

Comme celle du roi, détenteur absolu du pouvoir, s’était déclenchée contre celle qui lui résistait, la reine. À la différence du roi qui avait puni la reine en croyant ainsi préserver l’ordre de son royaume, Haman, à peine établi comme second du roi, comme faux roi, va chercher à exploiter sa position pour tirer vengeance personnelle contre tout un peuple, quitte à provoquer désordre et guerre civile.

Le faux roi va instruire un faux procès contre les juifs auprès du vrai roi, quitte à l’acheter. Comme si deux lieux de pouvoir sur un même espace ne pouvaient à nouveau que provoquer confusion, désordre et violence…

Haman jette les sorts (ou « pourim »), qui désignent la fin de l’année comme jour de massacre de l’ensemble des juifs de l’empire. Dès cet instant, tout est joué. Tout se déroulera selon une logique implacable. Mais peut-être différente de celle prévue par Haman… En attendant, le roi et son premier ministre s’enivrent, tandis que la ville de Suse est en émoi. Nouveau banquet, bien loin de l’idéal du premier, avec ses nouvelles victimes en filigrane.

Drôle de pouvoir ! À travers divers éléments, le début de cette aventure amorce sans en avoir l’air une réflexion sur le pouvoir. Celui de l’Empire perse se veut autonome vis-à-vis de la religion et de toute loi qui le précéderait. Il se prétend au contraire à l’origine de toute loi et se présente comme absolu. Un pouvoir qui se veut rationnel, avec ses ministres, ses conseillers, son administration, ses fonctionnaires et ses soldats. Ce pouvoir-là, l’auteur juif d’Esther va le tourner en dérision.

D’abord, ce pouvoir absolu ne peut pas tout : pas même d’assurer l’obéissance de la femme du roi, ni d’obtenir le respect de chacun pour les plus hauts dignitaires. Ensuite, il est détournable à des fins personnelles par un premier ministre à peine nommé. Son détenteur officiel, le roi, ne décide jamais rien lui-même mais suit passivement l’avis de ses conseillers. Il suffit qu’un seul résiste à ce pouvoir, reine ou citoyen, pour qu’il se désempare, se gangrène et se fissure.

Sa formidable organisation administrative, conçue pour assurer l’ordre dans l’empire, va y organiser le désordre et la guerre civile. Et son équilibre ne repose enfin que sur un fonctionnement sacrificiel, c’est-à-dire sur l’élimination régulière de victimes émissaires…

De tout cela ressort l’image d’un roi Xerxès ballotté entre ses conseillers, presque ridicule, et d’un pouvoir prétendument absolu mais plein de contradictions. C’est l’échec, au moins relatif, d’un pouvoir qui se voulait autonome par rapport à toute loi fondatrice et par rapport à Dieu.

Telle est sans doute la première leçon, glissée en un clin d’œil, que voulait donner l’auteur d’Esther. Mais pour l’instant la situation est sombre : le désordre est décidé, les juifs sont menacés et plus éloignés que jamais du banquet. Esther elle-même, la belle orpheline devenue reine, semble virtuellement en danger. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Le luganda devient la 45e langue à disposer d’une Bible en braille

Le luganda dispose d’une Bible en braille

Depuis le 6 octobre dernier, les personnes déficientes visuelles peuvent donc maintenant lire la Parole de Dieu par elles-mêmes.

Un contenu proposé par Alliance biblique française (ABF)

Est-il permis de répudier son épouse ?

À cette question juridique et morale Jésus oppose une toute autre approche…

Un contenu proposé par Campus protestant

Jésus guérit l’aveugle Bartimée

L'évangéliste Marc rapporte la guérison de l'aveugle Bartimée par Jésus. Quel sens pouvons-nous donner à cette guérison ?

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Réforme est un hebdomadaire protestant d’actualité, né en 1945 de la Résistance. Consciente de cet héritage, l’équipe du journal souhaite se dégager de l’instantanéité de l’information pour décrypter, analyser, prendre de la distance face à un monde de plus en plus complexe.

logo

Derniers contenus du partenaire