« Si ton frère a péché… »

« Si ton frère a péché… »

Chute, repentance, relèvement : réhabiliter celui qui dérape dans le ministère.

Un contenu proposé par Les cahiers de l'école pastorale

Publié le 8 juin 2018

Lire directement l’article sur Les cahiers de l'école pastorale

C’est le thème ambitieux qui nous a rassemblés, en 2016, pour deux jours de Congrès.

Comment voulons-nous ou comment devrions-nous, d’un point de vue biblique et pratique, réagir face à celle ou celui qui chute moralement, que ce soit dans le domaine financier, sexuel, ou dans l’exercice de l’autorité ? En résumé, dans l’un des trois domaines « classiques » dans lesquels un responsable risque le plus souvent de déraper : argent, sexe et pouvoir. Sans oublier que l’on peut aussi déraper autrement : sur le plan théologique ou par rapport à une addiction : l’alcool, par exemple.

Quand un train déraille, c’est une catastrophe qui est suivie par des phases bien connues. D’abord, le choc de l’événement lui-même pour ceux qui sont dans le train, suivi du choc de la nouvelle pour ceux qui, très vite (parce que l’information va très vite de nos jours), vont apprendre ce qui s’est passé.

À ce stade, on dispose rarement d’explications claires et détaillées sur ce qui s’est passé. On a simplement la nouvelle qui tombe. C’est la panique et on est abasourdi. Et pendant ce temps, un certain nombre de personnes se mobilisent pour aider ceux qui ont besoin d’être soignés ou secourus.

Le lendemain du drame, les questions commencent. Comment se fait-il qu’un tel événement ait pu se passer ? N’aurait-on pas pu l’anticiper, l’éviter ? Qui est responsable ? À qui la faute ? Défaillance mécanique, technique, humaine ?

À ce stade, avant le temps de l’analyse et des enquêtes, on a affaire aux informations partielles, aux affirmations et aux démentis, aux suppositions et aux rumeurs, aux critiques et autres condamnations. Les uns accusent, les autres se protègent.

Et les victimes, elles, auront bien du mal à remettre les pieds dans un train… Ou dans une Église, puisque c’est cela dont on parle ici. Car, lorsqu’un […]

Lire la suite sur Les cahiers de l'école pastorale

Sur le même thème

Jésus-Christ s’est-il sacrifié pour nous ?

« Jésus est mort pour nous » ou « Jésus est mort pour nos péchés » : de telles phrases ont-elles encore un sens aujourd’hui ? Explications de Pierre Bühler

Un contenu proposé par Réformés
Le pardon, un cadeau à offrir et à recevoir

Le pardon, un cadeau à offrir et à recevoir

Découvrez l'édito du numéro de mars de Croire et Vivre consacré à la fête de Pâques.

Un contenu proposé par Croire et Vivre

Est-ce que les péchés par ignorance sont pardonnés par Dieu ?

La question d'un visiteur et la réponse d'un pasteur.

Un contenu proposé par Lab’Oratoire

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Les cahiers de l’école pastorale

L’École Pastorale a pour objectif de contribuer à la formation pratique et au perfectionnement des pasteurs, principalement les pasteurs des Églises Baptistes et des Églises Libres. A travers ses Cahiers qui paraissent quatre fois par an, elle participe au développement de la théologie pratique au sein des Églises.

Derniers contenus du partenaire