Ma jeunesse au fil des arbres

Ma jeunesse au fil des arbres

Comme ceux qui ont fait leur scolarité primaire avant 1960, la rentrée a rimé pour moi avec tablier, encrier et surtout marronniers.

Un contenu proposé par Croire et vivre

Publié le 16 septembre 2015

Auteur : Gisèle Fabre Mc-Affee

Lire directement l’article sur Croire et vivre

Ma jeunesse en France
Comme ceux qui ont fait leur scolarité primaire avant 1960, la rentrée a rimé pour moi avec tablier, encrier et surtout marronniers. Je me souviens des feuillages roux ombrageant les cours d’école, des bogues jonchant le sol et piquant nos pieds encore nus dans les sandales. Les batailles de marrons ont parfois laissé leur empreinte marron sur un œil ou un front. Ah, ce bon vieux temps capturé sur clichés de teinte sépia !

L’été, ce sont les vacances en Lozère dont je me souviens. J’y garde les vaches avec ma cousine Alberte. Tricot ou broderie nous évitent l’ennui. Et puis chantonner La place Rouge ou J’entends siffler le train. Un autre sifflement omniprésent, même par très beau temps, capte toutefois mes sens. Celui qui parcourt et secoue les pins en un frémissement proche parfois d’un long hurlement de loup.

Mais mon arbre à moi, c’est le figuier au fond du jardin, adossé au mur mitoyen qui me sert d’appui pour grimper jusqu’à la branche coudée la plus accueillante. Mon refuge pour lire ou rêver. Une façon de m’évader tout en m’élevant pour avoir une vision plus globale de la nature et du monde.

Plus tard au Canada
Roselyne m’invite dans la ferme de ses parents. Imaginez la vaste plaine du Manitoba, au centre du Canada : une immensité nue, de prés à perte de vue. L’horizon dépouillé est si éloigné que l’on en perçoit la courbure. La terre est vraiment ronde, j’en ai le souffle coupé ! D’ailleurs cet arbre là-bas, l’unique planté là comme le manche au sommet d’une toupie, suffirait-il à lui seul à faire tourner la terre ? Mon premier automne au Québec est marqué par le gigantesque flamboiement des érables. Une débauche d’ors et de vermillons qui ruissellent à profusion de tous côtés. […]

Lire la suite sur Croire et vivre

Dans la même rubrique...

Vacances : priorité au repos

Cet été, il est plus qu’important de faire rimer les vacances avec farniente. Suivez le guide au pays du matin – et des journées – estivales calmes.

Un contenu proposé par Inspirations

Le Covid burn-out s’installe

Depuis l’apparition de la pandémie au printemps, la préservation de la santé physique est une priorité. Mais en ce début d'automne, c'est la santé psychologique et émotionnelle qui est également mise à mal.

Un contenu proposé par Inspirations

Avec les enfants, déplacer les injustices

Parler d’injustice avec les enfants est toujours délicat. Leur sensibilité bute sur des réalités que l’adulte a intégrées par habitude ou par nécessité.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Il était une fois… les mamans seules d’aujourd’hui !

Pardon ? Elle est seule ? Celle qui se plaint de ne pas pouvoir aller aux toilettes sans avoir au moins un enfant qui l’accompagne ? Elle est seule ? Celle qui porte en écharpe son bébé pendant toute la journée ?

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Croire et vivre

Croire et vivre est un magazine mensuel qui veut d’abord donner à ses lecteurs « l’envie de croire » ou celle de partager leur foi. La plupart des rédacteurs appartiennent à des Églises membres de la Fédération protestante de France ou du Conseil national des Évangéliques de France.

Pendant le confinement,
Croire et vivre vous a proposé
de télécharger gratuitement 
le numéro d’avril 2020.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast