Mon ado refuse d’aller au temple avec nous ?

Mon ado refuse d’aller au temple avec nous, que faire ?

La réponse du pasteur Marc Pernot.

Un contenu proposé par Lab'Oratoire

Publié le 29 mai 2017

Auteur : Marc Pernot

Lire directement l’article sur Lab'Oratoire

Question d’un visiteur :

Bonjour,

J’ai grandi dans une famille catholique et j’ai épousé un protestant. Nous voulions que nos enfants connaissent Dieu et cheminent avec lui. Nous avons été pendant quelques années avec eux dans une église protestante évangélique mais nous avons fini par lui préférer l’église protestante unie pour des raisons théologiques. Nous nous sentons à notre place dans cette communauté, malheureusement ce n’est pas le cas de nos enfants. En particulier, ma fille de 14 ans qui ne veut plus nous accompagner à l’église et dit qu’elle ne croit plus en Dieu et qu’elle refuse de faire sa confirmation. Nous sommes très embêtés car c’est par ailleurs une enfant qui écoute et nous obéit mais elle semble s’être braquée sur ce sujet. Son frère qui a 17 ans ne vient plus à l’église et elle trouve cela injuste que nous l’obligions elle à venir et pas lui. Nous voudrions savoir si notre position est la bonne de considérer qu’elle doit nous accompagner jusqu’à un certain âge même s’il n’est évidemment pas question de l’obliger à se confirmer. Que faire pour lui redonner envie de partager ce moment avec nous ?
Merci d’avance pour votre aide,
Cordialement

Réponse d’un pasteur :

Bonjour

Franchement, bravo pour votre cheminement. Sincère et vrai. Intelligent et responsable.

Bravo aussi à votre fille. Il n’y a rien d’inquiétant à son refus, rien qui remette en cause votre éducation en particulier religieuse, bien au contraire. C’est un acte de liberté et de responsabilité de sa part. Et c’est bien de la laisser libre. L’âge de la « conversion », si je puis dire, est à mon avis vers 30 ans (même pour Jésus). Alors, à 14 ans, elle sait un peu de quoi il est question quand on parle de Dieu.

Je suppose qu’elle a appris à débattre, à sentir la richesse et la diversité de ce que l’on entend par « Dieu », la vie, le bien, le bonheur, la prière. Elle a touché quelques méthodes d’interprétation de la Bible. C’est comme le vélo, cela lui restera. Elle a ainsi moins de risque de se faire attraper par un extrémisme quelconque, protestant, catholique ou musulman. Et en même temps elle pourra facilement retrouver ces outils si l’envie lui prenait de laisser à Dieu une place dans sa vie.

C’est pourquoi vous avez bien fait de lui donner une éducation religieuse, peut-être même à le lui imposer. Cela lui permet de choisir en connaissance de cause. Et vous faites bien maintenant, au terme de cette formation, de la laisser libre sans pression aucune de faire le choix de devenir maintenant personnellement disciple du Christ, comme vous laissez libre votre grand fils de ne pas aller à l’église. […]

Lire la suite sur Lab'Oratoire

Dans la même rubrique...

Le Covid burn-out s’installe

Depuis l’apparition de la pandémie au printemps, la préservation de la santé physique est une priorité. Mais en ce début d'automne, c'est la santé psychologique et émotionnelle qui est également mise à mal.

Un contenu proposé par Inspirations

Les ambiguïtés du volontourisme

Voyager en donnant de sa personne? Une belle idée, mais qui peut contribuer à renforcer des stéréotypes, explique Melissa Girardet anthropologue.

Un contenu proposé par Réformés

En couple, réussir à se comprendre !

Entre conjoints, cela ne coule pas de source. Toutefois, cela peut se développer. Fabienne Dubath, infirmière spécialisée en suivis de couples et familles nous en dit plus.

Un contenu proposé par Family

L’amour illimité

« Aime ton prochain comme toi-même ! » Pourquoi cela ne suffit-il pas ? Une réflexion de Pasteur Nicolas Geoffroy, Église protestante unie de Melle-Celles.

Un contenu proposé par Ouest-Infos