Se souvenir

17 juillet 1897. « L’Hymne » de Kipling

Le poème va à l’encontre de l'ambiance triomphaliste de l'époque.

Un contenu proposé par Un jour dans l'histoire

Publié le 17 juillet 2020

Auteur : José Loncke

Lire directement l’article sur Un jour dans l'histoire

L’Hymne après l’office (« Recessional ») est entonné par le clergé et le chœur lorsqu’ils quittent en procession le sanctuaire à la fin d’une office anglican. C’est le nom d’un poème de Rudyard Kipling (1865-1936). Il le composa à l’occasion du Jubilé de diamant de la reine Victoria en 1897 et il le publia le 17 juillet 1897dans le London Times.
Il entendait  rappeler les responsabilités qu’impliquait la possession d’un empire.

Le poème est une prière. On ne saurait négliger le rôle de l’hymnologie protestante avec son sens des allitérations et ses effets d’entraînement : « J’ai trois générations de pasteurs wesleyens derrière moi », aimait à dire Kipling.

Le poème décrit le destin qui frappe mêmes les personnes, les armées et les nations les plus puissantes, et qui menaçait particulièrement l’Angleterre de l’époque : laisser tomber la foi chrétienne pour le blasphème. La prière implore Dieu afin « d’éviter que nous oubliions » («nous» c’est l’Angleterre) le sacrifice du Christ, l’humilité et la repentance.

Le poème va à l’encontre de l’ambiance triomphaliste du temps. Il procure au contraire un rappel bienvenu de la nature transitoire de la puissance impériale britannique.
Dans son poème, Kipling fait valoir que la vantardise et le chauvinisme, les défauts dont il avait été souvent accusé, étaient inappropriées et vains à la lumière de Dieu qui ne change pas.

En Australie et la Nouvelle-Zélande «Recessional» est chanté comme un hymne sur l’air « Melita ». L’Église anglicane du Canada a […]

Lire la suite sur Un jour dans l'histoire

Vous pourriez aimer aussi

12 juin 1935. La guerre du Chaco et les mennonites

Le 12 juin 1935, un armistice met fin à la guerre du Chaco.

Un contenu proposé par Un jour dans l’histoire
Guy de Brès

31 mai 1567. Le réformateur belge Guy de Brès

Ce jour là, le réformateur belge Guy de Brès (1522-1567) paya sa foi de sa vie.

Un contenu proposé par Un jour dans l’histoire
Chateaubriand par Aimé Millet

14 avril 1802. Chateaubriand et la Bible

Le Génie du Christianisme, qui est vendu en librairie depuis le 14 avril 1802, ouvre, au tout début du 19ème siècle, en France, une époque nouvelle de lecture de la Bible.

Un contenu proposé par Un jour dans l’histoire