APPRENDRE

6 mai 1940. John Steinbeck et « Les raisins de la colère »

Le 6 mai 1940, John Steinbeck recevait le Prix Pulitzer pour son roman "Les Raisins de la colère".

Un contenu proposé par Un jour dans l'histoire

Publié le 6 mai 2021

Lire directement l’article sur Un jour dans l'histoire

Les possibles réminiscences bibliques dans « Les raisins de la colère » :

Le titre

Le titre de l’œuvre évoque le livre de l’Apocalypse au chapitre 14 :17-20. Elles expriment l’exercice de la justice divine qui doit délivrer le monde de l’oppression du Mal lors du Jugement dernier.
Cette expression des « raisins de la colère » renvoie à une double tradition biblique qui voit dans le fruit de la vigne
– les raisins de l’impiété et de l’injustice. Elle dénonce ceux qui accaparent les biens de la Terre et ne respectent pas la loi divine comme dans Néhémie 13  1. Elle exprime la déception divine de ceux qui sont infidèles à l’alliance comme dans « Le cantique de la vigne » dans Esaïe 5 1-7.
– mais en même temps le raisin foulé au pied désigne le sacrifice rédempteur du Christ qui offre son sang en rémission des péchés. La colère divine est inséparable de son amour pour ses créatures.
Steinbeck rattache ainsi son récit à une espérance séculaire de salut et de libération. Il en fait le cri insupportable des pauvres, des captifs qui demandent la délivrance et veulent obtenir la justice. En ne retenant que la première signification du symbole, il s’éloigne de la tradition du « serviteur souffrant » d’Esaïe pour rejoindre celle de la révolution terrestre. Chez lui, c’est le sang des opprimés qui coule, qui rougit le drapeau de la révolte ; c’est la violence de l’injustice qui pousse inexorablement à […]

Lire la suite sur Un jour dans l'histoire

Dans la même rubrique...

Sur les pas de Saint Paul en Turquie

Aller en Turquie, c’est aussi faire un voyage au sein des débuts de l’Église à partir du IIe siècle.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Grandeur et modestie des édifices modernes

Cécile Rivière est architecte, et doctorante en histoire de l’architecture. Ses recherches portent sur les églises et temples construits et reconstruits après la Seconde Guerre mondiale en Alsace. Elle revient sur les grands marqueurs de l’histoire de ce patrimoine mal aimé.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Pierre et Hélène Gagnier

Le 1er mai prochain, le Centre Protestant de Rencontre de Nice prendra le nom de Centre Pierre et Hélène Gagnier, Justes parmi les Nations.

Un contenu proposé par Réveil

Jasenovac, l’Auschwitz des Balkans

En mai 2022 au Raincy une conférence-exposition présente le terrible sort réservé dans l’État indépendant de Croatie par les miliciens oustachis aux enfants serbes, roms et juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris