Ainsi soit le gospel dans les chœurs

Ainsi soit le gospel dans les chœurs

A l’occasion du festival Gospel’Air de Lausanne, retour sur une tradition issue de l’esclavage. Le gospel est un hymne à la liberté inspiré des Évangiles. Analyses et témoignages.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 21 juin 2016

Auteur : Marie Destraz

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

Dans les cales des bateaux qui les mènent aux Etats-Unis, les esclaves venus des quatre coins du continent africain sont réunis. A leur arrivée sur le sol américain, pour communiquer, ils créent de nouvelles langues. Pour reconstruire leur humanité, ils fusionnent les éléments compatibles de leurs musiques et de leurs danses respectives pour en faire apparaître de nouvelles, parce que le sentiment d’appartenance à un groupe naît aussi de ses divertissements. Dès le début de la traite des noirs, en 1619, ce socle de musiques constitue les prémices du gospel. Il faut pourtant attendre la seconde moitié du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle et les débuts de l’évangélisation pour y trouver une trace du christianisme, relève le sociologue et spécialiste des musiques africaines Denis-Constant Martin.

Le cantique des esclaves

Entre les esclaves et les familles de planteurs du sud des Etats-Unis, il règne alors une forte intimité. Tous participent aux « camp meetings », des réunions religieuses à la campagne qui marquent le début du Réveil, mouvement d’évangélisation du XIXe lancé par des prédicateurs méthodistes. En plein air, sous les tentes, la ségrégation n’est pas stricte. Blancs et noirs, libres et esclaves écoutent le prêche. « Il se développe alors un corpus de chants religieux, basé sur des mélodies populaires. Les émotions, qui ont une grande place, passent par la voix et le corps. De la rencontre entre ces gens et du mélange des cultures naissent les spirituals », précise le sociologue. Par la suite, les noirs organiseront leur propre service religieux. Ils célèbrent alors les rituels chrétiens à leur manière, reprenant les cantiques des blancs en y apposant leurs polyphonies, aux origines africaines, mystérieuses pour les blancs. Ces premières églises influenceront la création des Eglises baptistes et méthodistes afro-américaines qui perpétuent ces polyphonies. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

La différence invisible

La différence invisible

Un très beau roman graphique et autobiographique sur Marguerite, atteinte d'Asperger, qui se sent décalée.

Un contenu proposé par Le bal littéraire des sardines
Que célébrons-nous le 25 décembre ?

Que célébrons-nous le 25 décembre ?

Tout le monde ne comprend pas Noël de la même manière. Son message s’adresse-t-il en priorité aux plus démunis, ou à tous les humains ?

Un contenu proposé par Réformés
Annette Monod, l’ange du Vel’d’Hiv’

Annette Monod, l’ange du Vel’d’Hiv’

Frédéric Anquetil a écrit ce livre pour faire mémoire d’une personne qu’il a rencontrée à l’Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT), aussi remarquable que peu connue.

Un contenu proposé par Blog de la Librairie protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants