Au couvent, à son seul désir

La figure alternative genevoise Greta Gratos a investi durant l’été le couvent des Dominicains de Haute-Alsace. Il en résulte un parcours onirique où chacun est invité à sonder l’âme des chapelles et celle de son hôte estivale. Interview.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 11 juillet 2016

Auteur : Stéphanie Billeter

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

C’est étrange de retrouver une artiste telle que vous, plutôt habituée des lieux alternatifs, en exposition dans un couvent dominicain…

Tout d’abord, ce couvent est aujourd’hui désacralisé et, classé monument historique, il est devenu un lieu de création musical et numérique où des artistes sont invités en résidence, dont ma personne.

Vous êtes-vous intéressée à l’histoire du couvent ?

Oui, car ce lieu est fascinant. Il fut construit par les Dominicains au début du XIVe siècle. Son cloître central est sublime, en une pierre de grès rose qui m’a beaucoup parlé. La nef est à ma connaissance la seule nef gothique ayant encore ses trois plafonds en bois d’origine. Et si l’on chuchote dans le jubé, on entend ce qui se dit à l’autre bout de la nef. A la Révolution française, les moines ont été chassés et le couvent est devenu une maison du peuple laissée totalement à l’abandon. Ce n’est que lors de la Révolution industrielle, cette fois, qu’un industriel en est tombé amoureux et, passionné de musique, l’a racheté pour en faire des résidences d’artistes. Il a séparé le choeur en espace de répétitions et espace de représentation et sa femme, qui voulait à la fois rendre hommage au lieu d’origine et rendre leur lieu de culte aux habitants, a recréé deux chapelles. L’une gothique, catholique, avec ses voûtes en ogives et des dorures, le tout rappelant les contes de fées. L’autre, la chapelle protestante, est d’apparence sobre, mais surprend par ses fines arabesques et les toiles peintes par le fils. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

Comment voulons-nous vivre ?

Nous voulons tous déterminer notre propre vie, et lui donner un sens. Notre dignité et notre bonheur en dépendent. Mais comment y parvenir ?

Un contenu proposé par Labor et Fides

Godfather of Harlem… au nom du Père !

Dans le Harlem des années 60, une série construite dans un mouvement croisé entre thriller mafieux et lutte pour les droits civiques. Avec Forest Whitaker dans le rôle principal.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Les racines bibliques de l’imaginaire des pandémies

La librairie protestante 7ici présente son coup de cœur, le dernier livre de l'historien David Hamidovic.

Un contenu proposé par Campus protestant

Les combats de la liberté

Pour Jacques Ellul, la liberté est une valeur fondamentale du christianisme qu'il faut sans cesse repenser, méditer quitte à se laisser remettre en question au plus profond de nos convictions.

Un contenu proposé par Blog de la Librairie protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire