Enfin ! Ce livre nous manquait. Il est plus que bienvenu dans ces temps moroses et catastrophistes. Plus que bienvenu dans cette ambiance de radicalisation et d’hypersensibilité des uns et des autres où chaque parole, chaque caricature, chaque œuvre d’art est scrutée, décortiquée, utilisée et manipulée pour mettre le feu à des esprits déjà bien trop échauffés par la canicule… Bienvenu parce qu’il se garde de prêter le flanc au dérisoire, qui laisserait à penser que nous vivons dans une société « où tout serait drôle » pour faire écho à la crainte d’Olivier Abel, cité par l’auteur pour conclure son essai.

Voilà donc un livre qui offre de la nuance et qui accepte, sans pour autant s’y laisser enfermer, de regarder la face sombre des […]