Culture

Cinéma : Diam’s, du rap à la spiritualité

Après plus de dix ans d’absence publique, l’ancienne rappeuse Diam’s sort du silence avec “Salam”, un documentaire sur sa vie, présenté en avant-première à Cannes avant une diffusion sur BrutX.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 1 juin 2022

Auteur : Camille Verdi

Tout le monde ou presque se souvient de ses tubes des années 2000. Comme l’écrit Télérama, Diam’s, Mélanie Georgiades de son vrai nom, a été en quelque sorte la première femme à s’imposer dans le milieu du rap en France. Ses quatre albums “Premier Mandat” (1999), “Brut de femme” (2003), “Dans ma bulle” (2006) et “S.O.S.” (2009) ont marqué le rap game français. Le magazine culturel le rappelle : le 8 octobre 2009, soit un mois avant la sortie de son dernier album, Paris Match dévoilait des photos de Diam’s habillée en tenue islamique, couverte de la tête aux pieds. Ces images susciteront beaucoup d’interrogations. Et Diam’s disparaitra de la vie publique. 

Voilà aussi pourquoi l’ancienne rappeuse a décidé de sortir du silence, plus de dix ans plus tard, à travers un documentaire, “Salam”, qu’elle a co-réalisé avec Houda Benyamina (réalisatrice de “Divines”) et Anne Cissé. Dans ce documentaire, présenté en séance spéciale au Festival de Cannes et en salles le 1er juillet avant d’être diffusé sur la plateforme BrutX, l’ex-rappeuse se confie face caméra. Ses proches aussi. Tout y est abordé : son adolescence, l’absence d’un père, son séjour en hôpital psychiatrique et, enfin, la découverte de la religion. 

Se rapprocher de Dieu

Elle raconte comment l’islam est arrivé dans sa vie. Dans une interview accordée au Parisien, elle explique qu’elle se sentait déjà musulmane, “mais pas par conviction.” Dans sa famille, petite, elle a été baptisée, communiée, confirmée. Elle raconte au quotidien : “Tout commence après un dîner avec Vitaa et une autre copine qui nous dit : ‘Je vous laisse, je vais prier’. J’ai eu envie de la suivre, je me suis prosternée, et ça m’a fait du bien. J’ai eu l’impression de parler à Dieu, ça a été très fort, immédiat. À partir de là, je voulais lui parler tout le temps.”

L’ancienne rappeuse explique au Parisien que “le voile, c’est quelque chose que vous voyez tous, mais c’est un pas dans un cheminement, où il y a aussi la prière, le ramadan”. Nourrir l’orphelin (via son association), prier, jeûner et porter le voile : toutes ces pratiques lui permettent de se rapprocher de Dieu et d’être plus proche de la vie, explique-t-elle. Mais cela n’engage qu’elle, précise celle qui est aujourd’hui âgée de 41 ans. Elle ajoute qu’elle apprécie également être proche d’amies qui ne sont pas voilées. “Ce sont des échanges qui nous construisent. Je vois aussi les difficultés d’une femme non voilée, la pression, les jugements, le culte de la beauté dont elle peut souffrir. Moi, j’ai oublié tout ça. Ma beauté, elle est pour moi, mon mari, ma famille.”

Dans la même rubrique...

Allemagne années 20, Nouvelle objectivité

Une exposition à découvrir au Centre Pompidou jusqu'au 5 septembre 2022.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville

Dieu à l’épreuve de la vie quotidienne

Texte des six conférences de Carême données par le pasteur Arnaud van den Wiele en mars et avril 2022 sur France Culture.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan

Aporia, une réflexion sur le sens de la vie

Le court-métrage d’Estienne Rylle, "Aporia", a été projeté en avant-première au temple protestant de Cannes. Une initiative du jury œcuménique du Festival.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Sur les pas de Saint Paul en Turquie

Aller en Turquie, c’est aussi faire un voyage au sein des débuts de l’Église à partir du IIe siècle.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest