De rouille et d’os – Quand la grâce prend des chemins inattendus.

De rouille et d’os – Quand la grâce prend des chemins inattendus.

Nous entrons de plain-pied dans l’existence de deux personnages dont la vie va basculer brutalement.   

Un contenu proposé par Croire et Vivre

Publié le 14 mars 2015

Auteur : Adrián Calvo-Valderrama

Lire directement l’article sur Croire et Vivre

Le début du film nous montre Ali tel une montagne de muscles avec un pois chiche dans la tête en guise de cervelle. Il s’est engagé dans une fuite en avant, traînant avec lui son gamin comme un boulet. Il ne calcule jamais vraiment les conséquences de ses actes, mais il est toujours dispo à rendre spontanément service.

Stéphanie, elle, va évoluer tout au long de l’histoire. Elle réalise et avoue sa légèreté qui l’a poussée jusqu’ici à se faire remarquer et à allumer les hommes. C’est probablement ce qui lui a valu de se faire casser la figure au début du film. Sa vie est stoppée net par un grave accident, puis reprend lentement hypothéquée par un sérieux handicap, elle est cependant agrémentée par les visites d’Ali.

Stéphanie entreprend de se reconstruire et, sans juger, cherche à “faire les choses bien”. Elle met en avant la “délicatesse” d’Ali dont lui-même n’a pas conscience. Elle ne cherche pas à s’imposer, juste à être là pour lui quand il en a besoin. Ce seront les points d’appui dont elle aura besoin, en puisant au plus profond d’elle-même pour y trouver des ressources.

Mais Ali reste d’un bloc, monolithique presque jusqu’à la fin du film. Il faudra qu’il lui arrive une terrible épreuve pour fêler ce “dur à cuire”. La situation socio-économique dans laquelle il se débat pour survivre étouffe ses sentiments les plus profonds.

Tout l’intérêt du film est de nous montrer les deux voies d’accès différentes que la grâce emprunte pour atteindre les individus et leur révéler l’amour. La découverte qu’en fait Stéphanie, à travers sa douloureuse expérience, est le fruit d’un cheminement éclairé de l’intérieur. Tandis que pour Ali, cette grâce est de l’ordre de la révélation. Révélation fulgurante de cet amour paternel qu’il a pour son fils Sam, et de son amour pour Stéphanie qu’il réalise tout aussi soudainement.

En découvrant ce film, j’ai réalisé tout à nouveau qu’il faut parfois que la vie nous frappe un sérieux coup pour faire remonter à la surface des sentiments tellement enfouis… et découvrir les trésors cachés en nous. L’épreuve peut ainsi être un révélateur de l’amour, cet amour que Dieu veut faire habiter en chacun de nous. […]

Lire la suite sur Croire et Vivre

Dans la même rubrique...

Capharnaüm... film et drame social

Capharnaüm… film et drame social

Au Festival de Cannes 2018, ce film a reçu trois prix : celui du Jury, du Jury œcuménique et de la citoyenneté. Des prix bien mérités !

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
9 novembre 1851. Adolphe Monod, prédicateur

9 novembre 1851. Adolphe Monod, prédicateur

On conservera d'Adolphe Monod le souvenir d'un grand prédicateur. Son message est encore en mesure de faire une forte impression sur nos contemporains.

Un contenu proposé par Un jour dans l’histoire
Désobéir. Des policiers et des gendarmes sous l'Occupation

Des policiers et des gendarmes sous l’Occupation

L'auteure, spécialiste du temps de l'Occupation, traite, avec ce livre très documenté, une question quelque peu délaissée par les historiens.

Un contenu proposé par LibreSens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Croire et Vivre

Croire et Vivre est un magazine mensuel qui veut d’abord donner à ses lecteurs « l’envie de croire » ou celle de partager leur foi. La plupart des rédacteurs appartiennent à des Églises membres de la Fédération protestante de France ou du Conseil national des Évangéliques de France.
En savoir plus en cliquant sur ce lien : Le magazine Croire et Vivre en chiffres et en réalités

Derniers contenus du partenaire