Un film social, parlant d’immigration, de violence… qui me laisse un sentiment mitigé, me donnant envie de dodeliner de la tête à la manière des Sri-Lankais de l’histoire.

L’histoire de cette « pseudo famille » sri-lankaise constituée de force pour immigrer en France et se retrouver à vivre et travailler au cœur d’une petite cité devenue zone de « non-droit », où la police est totalement absente, est en effet jolie et intéressante. Les rapports entre cet homme et cette femme, ce faux couple, cherchant à s’intégrer, à survivre et plus simplement vivre ensemble sont touchants, et frappants d’authenticité.

Leur fille de 9 ans, qui ne l’est pas en réalité, elle aussi doit apprendre à les connaître, les apprivoiser… et tous trois prisonniers de leur langue, marqués d’une culture autre, et surtout d’un passé de guerre et de souffrance sont face à un défi, celui de reconstruire une vie dans une autre forme de violence urbaine. […]