Et tout commence par la grâce

Et tout commence par la grâce

Le nouveau film d'Olivier Dahan, Grace de Monaco, a fait l'ouverture du Festival.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 15 mai 2014

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Lire directement l’article sur ArtSpi'in

Proposé hors compétition, le film a déjà largement fait parler de lui, avant même sa sortie, en raison des réactions conflictuelles de la famille princière monégasque.

Ouvrir le festival avec un film portant ce titre est un véritable cadeau fait à la presse. Les rédacteurs des “Unes” peuvent s’en donner à coeur joie pour rivaliser d’ingéniosité en cherchant les jeux de mots les plus appropriés. Alors pourquoi m’en priverais-je ?… D’autant plus sur ce blog où se mêlent différentes choses avec une tentative constante de porter un regard empreint de foi. Et pour un protestant de surcroit, commencer par la “grâce” prend alors une valeur supplémentaire. Bon, vous me répondrez sans doute : “Si ce n’est qu’une affaire de vocable, quelque peu tirée par les cheveux de plus, pas la peine d’en faire autant…” Et vous n’aurez pas tort, sauf que, finalement peut-être, la grâce est peut-être l’invitée surprise de ce premier long métrage cannois.

Grâce de Nicole Kidman, magnifiquement filmée avec une approche intimiste rendue par une proximité presque constante de la caméra par un Olivier Dahan inspiré… Grâce d’une histoire où des valeurs et une grande humanité viennent donner de l’intensité aux événements… Grâce enfin de permettre à un artiste d’être libre et de se dégager d’une histoire authentique pour laisser libre cours à l’imagination de la fiction. Car c’est tout de suite le point nécessaire à préciser comme le film d’ailleurs le signale dès le début : Il ne s’agit pas d’un biopic mais d’une œuvre de fiction inspirée de faits réels. Et si Olivier Dahan précise aussi en interview qu’il n’est pas historien mais un artiste, ce n’est pas moi non plus en historien spécialiste des histoires de couronnes que j’écrirai mais juste en spectateur séduit par un film beau et touchant. […]

Lire la suite sur ArtSpi'in

Dans la même rubrique...

Au Quai Branly, découvrir la Grande île

Au Quai Branly, découvrir la Grande île

Madagascar est un monde à elle seule, différente car ayant bénéficié d’influences diverses qui ont façonné sa culture au fil des siècles.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris
« The Happy Prince »

« The Happy Prince », docteur Everett et mister Wilde

L’acteur britannique Rupert Everett réalise son premier long métrage sur les trois dernières années d’Oscar Wilde, marquées par un violent échec amoureux, la pauvreté et la maladie.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
19 femmes pour les droits civiques

19 femmes pour les droits civiques

Ce livre rend en quelque sorte justice à 19 femmes, 19 militantes des droits civiques dans l’Amérique des années 1950 et 1960.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société, Internet… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, mais aussi musicien, auteur, membre du jury œcuménique du cinéma, ambassadeur du SEL, directeur de l’EBCAM (École Baptiste de Communication, Arts, Multimédia) et supporter du PSG.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants