Gand à l'heure protestante

Gand à l’heure protestante

Gand, capitale du comté de Flandre, cité industrieuse, grand centre universitaire, est la ville la plus prestigieuse de Flandre. Elle fut une république calviniste de 1577 à 1584.

Un contenu proposé par Itinéraires protestants

Publié le 9 octobre 2015

Lire directement l’article sur Itinéraires protestants

Elle a gardé de son passé un riche patrimoine, comme en témoignent ses châteaux, ses demeures patriciennes, ses multiples églises et couvents… Mais peu d’entre nous savent que la cité fut une république calviniste de 1577 à 1584. Que reste-il aujourd’hui de cette courte période ? S’agit-il d’une simple parenthèse ou d’un tournant majeur dans l’histoire de la cité ? Pour comprendre la période calviniste, il faut la replacer dans le temps long. Gand est une ville historiquement rebelle, que le seigneur soit le comte de Flandre, le duc de Bourgogne ou même l’empereur Charles Quint. C’est à l’issue de la révolte contre l’empereur aux dix-sept couronnes, que la cité perd son autonomie. Les échevins sont nommés, les murailles sont abattues… la république calviniste est vécu comme un retour aux anciennes libertés urbaines, perdues lors de la révolte de 1540. La courte histoire protestante de la cité est donc à lire à l’aune d’une histoire plus longue.

Le point de départ de la période républicaine est la signature en son hôtel de ville, de la pacification de Gand en 1576. Toutes les provinces, catholiques et protestantes, se fixaient comme objectif de chasser les troupes espagnoles, dont le dernier excès n’était autre que le sac de la ville d’Anvers. Le statu quo religieux était prévu. La religion romaine était maintenue dans les provinces catholiques mais les placards, donc les persécutions anti-protestantes, étaient suspendus. Le culte protestant était reconnu en Hollande et en Zélande. Le rêve de Guillaume d’Orange, préserver l’ unité des Dix-sept provinces et imposer une paix de religion, semblait se réaliser.

Le retour aux anciennes libertés permet à la cité de se diriger elle-même. Or les nouveaux magistrats sont non seulement favorables à l’autonomie mais aussi à la réforme protestante. En 1577 le parti protestant prend le contrôle de la cité mais se divise en deux factions, les radicaux autour de Jean de Hembyze et les Orangistes plus modérés autour de Ryhove. […]

Lire la suite sur Itinéraires protestants

Dans la même rubrique...

La crucifixion, retour sur une iconographie changeante

Totalement absente pendant les quatre premiers siècles de notre ère, la représentation du Christ en croix est devenue le motif le plus représenté au monde.

Un contenu proposé par Réformés

Cinq pierres polies pour le ministère pastoral

Né en 1932, E. Peterson a eu une influence certaine chez bon nombre de pasteurs par sa redéfinition de la vocation pastorale qui aux États-Unis, mais peut être aussi ailleurs...

Un contenu proposé par Blog de la librairie 7ici

Transmettre la mémoire de la Shoah

La photographe Karine Sicard-Bouvatier présente un libre bouleversant, « Déportés, leur ultime transmission », qui nous invite à prendre le relai des derniers survivants de la Shoah.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

23 mars 1921. Le peintre Jean-Paul Laurens et le protestantisme

Jean-Paul Laurens, né le 28 mars 1838 et mort le 23 mars 1921, est l'un des derniers représentants de la peinture d'histoire, connut une grande notoriété sous la IIIe République.

Un contenu proposé par Un jour dans l’histoire

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Itinéraires protestants

Le gueux des bois fait découvrir des itinéraires protestants dans la région Nord et au-delà.

Suite à l’interruption de la mise à jour du site en mars 2017, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants