Gone girl

Gone girl

Par David Fincher, réalisateur notamment de Seven, de L’étrange histoire de Benjamin Button et de The social network.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 7 janvier 2015

Auteur : Françoise Wilkowski-Dehove

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Nick Dunne (Ben Affleck), journaliste au chômage, s’apprête à fêter leurs cinq ans de mariage avec son épouse Amy, auteur à succès, lorsqu’il découvre la maison saccagée et sa femme disparue. Enquête de la police. Effervescence des journalistes. Plus le temps passe, plus le mariage apparemment idéal des Dunne découvre ses failles. Nick devient le suspect numéro un d’un assassinat.

Grâce à son scénario bien écrit et plein de rebondissements, ce thriller qui est aussi un drame psychologique et une satire sociale, procure un très grand plaisir et captive de bout en bout. En ouverture, une main masculine caresse une tête de femme et se demande : « A quoi penses-tu ? Comment te sens-tu ? Qui es-tu ? Que nous sommes-nous fait l’un à l’autre ?. L’histoire du jeune couple qui a quitté Manhattan pour un coin du Missouri est lancée, celle d’une machination diabolique qui fait de Nick, un grand dadais malhabile face aux caméras, l’homme le plus détesté du pays. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

« Millésime 54 », le Paris d’avant

C’est une histoire simple mais efficace comme un petit beurre à la sortie de l’école.

Un contenu proposé par Le bal littéraire des sardines

La chronique cinéma de Fréquence protestante

Garance Hayat présente les films à l'affiche avec notamment "Antigone" de Sophie Derraspe, "Rocks" de Sarah Gavron et s'entretient avec Olivier Babinet, le réalisateur de "Poisson sexe".

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

« Nézida »

Ce livre met en scène la Drôme protestante au 19eme siècle à travers l'histoire de Nézida, morte en 1884, à l’âge de 28 ans.

Un contenu proposé par Blog de la Librairie protestante

Un simple thé pour revenir à l’essentiel

"Dans un jardin qu’on dirait éternel", la réalisatrice Tatsushi Ohmori dépeint cette tradition ancestrale comme un refuge pour les femmes, un sanctuaire immaculé de calme et de sérénité.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram